pollution OMS

La pollution atmosphérique est « le nouveau tabac » d’après l’OMS

Environnement Santé Société

On parle régulièrement des conséquences environnementales de la pollution. En revanche, on oublie souvent d’évoquer les conséquences terribles sur la santé publique des activités humaines. A ce sujet, l’OMS vient justement de publier un rapport édifiant sur la qualité de l’air qu’on respire… 

La pollution responsable de 7 millions de morts par an

La pollution de l’air est « le nouveau tabac », a averti le chef de l’Organisation mondiale de la santé. Le simple fait de respirer tuerait 7 millions de personnes par an et nuirait à la santé de milliards de plus.

Plus de 90% de la population mondiale souffre de la toxicité de l’air et la recherche révèle de plus en plus ses répercussions néfastes sur la santé des personnes, en particulier des enfants. En effet, l’air toxique a un impact dévastateur sur des milliards d’enfants à travers le monde, nuisant à leur intelligence et menant à des centaines de milliers de morts.

« Le monde commence enfin à renverser la tendance du tabac. Maintenant, il doit faire de même pour le « nouveau tabac » : l’air toxique que des milliards de personnes respirent tous les jours », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. Personne, riche ou pauvre, ne peut échapper à la pollution de l’air. C’est, selon lui, une véritable crise de santé publique.

Une conférence mondiale sur la pollution de l’air à Genève

L’OMS accueille actuellement sa première conférence mondiale sur la pollution de l’air et la santé à Genève, au cours de laquelle états et villes devraient prendre de nouveaux engagements en matière de réduction de la pollution atmosphérique. L’OMS travaille avec des professionnels de la santé non seulement pour aider leurs patients, mais aussi pour leur donner les compétences et les preuves nécessaires pour plaider en faveur de décisions politiques telles que l’éloignement des énergies fossiles et la transition énergétique.

Le coût que représente les vies perdues et la détérioration de la santé causée par la pollution atmosphérique est également un fardeau économique colossal estimé à 5 milliards d’euros par an, selon un rapport de la Banque mondiale. La lutte contre la pollution de l’air par la fermeture des centrales polluantes et la transition à des modes de transport plus propre, comme le cyclisme ou les voitures électriques, a le double avantage de s’attaquer également au changement climatique.

Vers une action contre les responsables politiques ?

Les politiciens ne pourront plus dire dans dix ans, quand les citoyens commenceront à porter plainte, qu’ils ne savaient pas. « Nous savons tous que la pollution cause des dommages majeurs et nous savons tous que c’est quelque chose que nous pouvons éviter », a affirmé le Dr Maria Neira, directrice du département Santé publique de l’OMS. « Nous devons maintenant réagir collectivement et de façon urgente », a-t-elle finalement déclaré !

En France, la situation est prise très au sérieux par le gouvernement. Ainsi Nicolas Hulot avait obtenu avant son départ l’arrêt de l’exploitation des hydrocarbures en France. Parallèlement, le ministère de la transition écologique et solidaire prépare la création de Zones à Faibles Émissions, tandis qu’il vient d’augmenter la fiscalité sur le diesel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *