L’OCDE s’inquiète de l’exploitation de la Terre

Economie

Dans une étude, l’OCDE prévient que l’exploitation et la consommation de matières premières devraient presque doubler d’ici 40 ans avec à la clé une pression « deux fois plus forte qu’aujourd’hui » sur la nature. L’une des raisons de cette augmentation dramatique de l’exploitation de ces matières est l’augmentation de la population qui devrait atteindre les dix milliards d’individus en 2060.

Le document souligne la situation actuelle et à venir de l’exploitation du sable, des métaux, du bois, de l’eau, … Selon ses auteurs du rapport, si les gouvernements ne mettent en place « aucune action concrète n’est prise pour relever ces défis » alors « l’accroissement de l’extraction et du traitement de matières premières telles que la biomasse, les combustibles fossiles, les métaux et les minerais non métalliques aggrave la pollution de l’air, de l’eau et des sols, et concoure notablement au changement climatique ».

Le rapport qui répond au nom de « Perspectives mondiales des ressources matérielles à l’horizon 2060 » a été publié par l’Organisation pour le développement et la coopération économiques. Il met en évidence que l’expansion de l’économie mondiale va aboutir à quasiment doubler de l’utilisation et donc exploitation des matières premières dans le monde. « L’utilisation mondiale de matières se montera à 167 gigatonnes en 2060, contre 90 gigatonnes actuellement ».

De toutes les matières premières, ce sont les minéraux qui inquiètent le plus l’OCDE puisqu’ils sont employer pour toutes les constructions et principalement dans les économies à très fortes croissances du globe. « Les produits minéraux non métalliques comme le sable, les graviers, le calcaire et les roches concassées représentent plus de la moitié de la totalité des matières utilisées aujourd’hui. Si l’on y ajoute les autres matières, le total utilisé quotidiennement par une famille moyenne remplit une baignoire », détaille l’OCDE. Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde » a d’ailleurs consacré une tribune aujourd’hui à l’emploi du sable qui est l’un des premiers éléments nécessaires à la construction. Il y déclare entre autres qu’ « un des grands défis du capitalisme au XXIe siècle sera de s’affranchir de son appétit de sable ».

Un seul et mince espoir pour l’OCDE : « Le secteur du recyclage, qui représente aujourd’hui un dixième du poids du secteur minier dans le PIB, devrait gagner en compétitivité et se développer, mais il continuera de peser beaucoup moins lourd que les activités d’extraction de matières premières ».
Angel Gurría, secrétaire général de l’Organisation appel à la mise en place d’une économie circulaire : “La croissance de l’utilisation des matériaux, associée aux conséquences environnementales de l’extraction, du traitement et des déchets, va probablement accroître la pression exercée sur les ressources de nos économies et compromettre les gains futurs en matière de bien-être. Cette perspective peut aider les décideurs à comprendre la direction dans laquelle nous nous dirigeons et à déterminer quelles politiques peuvent soutenir une économie plus circulaire”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *