avions plastique recycle

Des avions qui volent grâce au plastique recyclé

Environnement Mobilité

En Chine, des experts ont déniché une technique écologique permettant de changer le plastique présent dans les bouteilles (PET) en biocarburant. À part le fait que la méthode soit efficace et performante pour les avions, cela permettra surtout d’éviter à ce que ces plastiques finissent dans la nature.

Il faut savoir que le milieu aérien, c’est tout de même plus de 2,8 % des émissions de dioxyde de carbone sur la planète. En plus, ce chiffre progresse en continu. Ainsi, il n’est guère étonnant que l’association du transport aérien international envisage une multiplication par deux du trafic d’ici 17 ans. Or, au contraire de la voiture, l’avion électrique n’est pas prévu dans un proche avenir. En plus, ce dernier sera restreint aux courses distances à cause du poids conséquent des batteries. Vu que notre planète est envahit par les déchets plastiques, c’est une très bonne solution !

Une technique respectueuse de l’environnement avec un très bon rendement : 98 % !

Les deux scientifiques chinois de l’Institut de Chimie et de Physique de la ville de Dalian ont déniché une façon de résoudre les deux soucis du dessus simultanément. Pour cela, les dénommés Hao Tang et Ning Li ont conçu une technique afin de changer le PET (un des plastiques les plus présents dans les bouteilles) en hydrocarbures cycliques et composés aromatiques, dont on peut se servir par rapport à la conception de biodiesel. Il y a peu de temps, leurs travaux sont apparus dans le célèbre journal Green Chemistry.

Le procédé utilisé est le suivant (les noms qui suivent peuvent être complexes mais le but est ici de vous donner un aperçu de la technique utilisée) : le PET des bouteilles est changé en téréphtalate de diméthyle via du méthanol. Quand ce dernier est refroidi, il y a dépôt du DMT en forme solide. Ainsi, on peut aisément l’extraire, ce qui offre la possibilité de se servir du méthanol restant. Par la suite, le DMT est changé en diméthyle cyclohexane-1,4-dicarboxylate. Ensuite, il est transformé en cycloalcanes et molécules aromatiques simples via méthode d’hydrogénation. Dernière étape de ce procédé : la hydrodésoxygénation.

Ces différentes transformations catalytiques, semblables aux réactions classiques, sont par conséquent simples à effectuer de façon industrielle. Les deux dernières phases sont faites sans aucun solvant via une technique écologique se servant d’une catalyse via des métaux que l’on dit nobles (cuivre ainsi que ruthénium). En plus, le rendement de conversion est très bon avec cette méthode : près de 98,4 % en moyenne.

Prévention des fuites de carburant des avions

En comparaison avec les chaînes linéaires des agrocarburants provenant de végétaux, les chaînes cycliques provenant du PET ont un indice haut d’octane ainsi qu’une densité plus conséquente. Ainsi, on peut se servir des hydrocarbures produits seuls ou mixés à d’autres biocarburants dans le but d’optimiser leur densité. De cette façon, leur volume prendra moins de place dans le réservoir.

Deuxième point fort : les composés aromatiques ont comme avantage de lutter contre les fuites de carburant. Effectivement, il y a absorption de ces molécules avec les joints en polymère, ce qui engendre leur expansion et équilibre la lixiviation causée par les autres molécules présentes dans le carburant. Pour des raisons liées à la sécurité, les carburants destinés aux avions doivent avoir obligatoirement entre 8 et 25 % de composés aromatiques.

Une nouvelle filière de recyclage pour le PET

Pour ce procédé, il est par contre nécessaire de mettre en place une filière de recyclage assez poussée afin de pouvoir se servir d’une masse conséquente de déchets plastiques. L’expert chinois Ning Li a affirmé qu’il fallait 1,527 kilo de bouteilles en plastique pour concevoir un litre de biocarburant. Au final, cette technique offrira plus la possibilité de se débarrasser de ce fameux plastique présent dans les bouteilles, qui rappelons-le est non biodégradable, qu’à fournir le trafic aérien international. Servant en tant qu’additif, il offre des perspectives positives via sa grande facilité de mise en œuvre.

Voici ce qu’il faut retenir : près de 50 millions de tonnes de plastique PET sont conçues tous les ans sur le globe. Des experts ont conçu une technique dans le but de changer ce plastique en hydrocarbures cycliques et composés aromatiques. Ainsi, ce dernier est utilisable en tant biocarburant. Enfin, ces molécules ont aussi le point fort de lutter contre les fuites de carburant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.