nouveaux-nes pollution de lair

Pollution de l’air : près de 500 000 nouveaux-nés en sont décédés l’an dernier

Environnement Santé

La pollution de l’air agrandit le danger de naissance prématurée. Ce problème est aussi la cause du décès des nouveaux-nés : en 2019, près de 476 000 d’entre eux n’ont pas survécu lors des premières semaines de leur existence. Si on s’attarde sur les pays les moins développés au niveau social et démographique, le fait que les femmes enceintes soient exposées à un air pollué touche considérablement le fonctionnement du fœtus et son bon développement, et ensuite, les chances de survie des nourrissons.

Pollution : quels sont les dangers pour la santé ?

Avec la hausse actuelle des taux de pollution, la question des conséquences sur notre santé se pose forcément. Les effets des polluants sont nombreux et divers. Certaines conséquences sont visibles immédiatement alors que d’autres sont plus vicieuses et provoquent des effets retardés.

Côté chiffres, le constat est terrible pour l’année 2019 : la pollution de l’air a fait perdre la vie à environ 476 000 nouveaux-nés, principalement dans les zones de l’Inde ainsi que de l’Afrique subsaharienne. Si on s’attarde sur une étude par rapport à la responsabilité, pour environ trois quarts des morts, ce sont les fumées toxiques provenant de combustibles servant afin de cuisiner qui sont en cause.

Si on va plus loin dans les chiffres, près de 116 000 bébés indiens sont décédés à cause de la pollution de l’air dans les premiers mois de leur existence. Pour ce qui est de l’Afrique sub-saharienne, environ 236 000 l’ont été selon le célèbre State of Global Air 2020, qui se sert d’informations fournies par deux groupes basés aux USA : il s’agit de Health Effects Institute ainsi que de Institute for Health Metrics and Evaluation.

La pollution de l’air : quatrième cause de mortalité à l’international

Si on se fit aux dires des auteurs de l’étude, il y a beaucoup de preuves offrant la possibilité de trouver un lien de causalité entre l’exposition des mères à un air pollué pendant leur grossesse avec un risque plus élevé que les bébés aient un poids anormalement bas ou soient prématurés.

Le dirigeant du groupe Health Effects Institute a estimé que malgré le fait qu’il y ait une baisse lente et régulière de la dépendance des habitations à des combustibles de moindre qualité, l’air pollué qui en résulte est une cause majeure dans le décès de ces pauvres jeunes enfants. Ce dernier affirme également que les nouveaux-nés dans les zones d’Asie du Sud et de l’Afrique subsaharienne sont ceux les plus visés par ce triste phénomène moderne.

Des millions de morts à cause de l’air pollué

En tout, l’air pollué a engendré près de 6,7 millions de décès sur globe l’an dernier, si on se fit aux résultats de l’étude. Ainsi, la pollution de l’air est la quatrième cause de décès dans le monde. Les auteurs ont aussi affirmé que si la pandémie de Coronavirus avait provoqué de nombreux décès, sans oublier les multiples soucis économiques et sociétaux, elle avait aussi eu des conséquences positives par rapport à la pollution. En effet, énormément de pays ont pu profiter de sublimes ciels bleus et de magnifiques nuits étoilées, la plupart du temps pour la toute première fois depuis des années, avec la diminution de l’activité et les multiples confinements à travers le globe.

Malheureusement, ces effets positifs sur notre environnement sont de trop courte durée pour la planète. Une réelle politique mondiale sur ce sujet, et sur le long terme, est nécessaire. C’est la seule et l’unique solution afin que la planète respire mieux … et nous également !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *