Urbanloop capsule hyper rapide

Urbanloop, la capsule hyper rapide

Mobilité

La ville lorraine de Nancy va sans aucun doute déployer son service nommé “Urbanloop” dans quatre ans. Il s’agit d’une capsule hyper rapide. En effet, la Métropole se penche sur cette option très sérieusement. Cette dernière concerne deux zones tests : Brabois et Tomblaine. Ce projet se matérialise avec deux types de capsules en duo ou destinés pour un vélo. Ce fameux projet mettant en scène des élèves ingénieurs. Urbanloop va se mettre en œuvre non loin d’un site des JO de Paris.

En mai de l’année prochaine, sur une distance d’un peu plus d’un kilomètre, ce nouveau mode de transport original respectant l’environnement mais aussi économique va tout simplement passer un test officiel. Sur un parcours de deux boucles, munies de trois capsules et du même nombre de stations, le but sera de faire mieux que le record du monde actuel d’économie d’énergie d’un véhicule autonome. La finalité est d’aller sous le centime au kilomètre. L’objectif majeur de ce siècle étant d’effectuer une réelle transition écologique et un changement du modèle de société, ce moyen de transport unique peut y contribuer.

Une idée provenant d’un embouteillage

L’idée de ce transport public unique est apparue il y a trois ans, en 2017 … dans un embouteillage, grâce à onze écoles d’ingénieurs situées dans les célèbres villes lorraines de Nancy et de Metz.

Un des buts de cette capsule hyper rapide est de désencombrer le centres-villes des véhicules. Ainsi, des étudiants ont pensé un mode de transport original respectant de façon rigoureuse et précise un cahier des charges. Au final, « Urbanloop » a vu le jour. Pourquoi ce nom ? Tout simplement car ce dernier est opposé à Hyperloop du groupe Elon Musk, dirigeant de la célèbre société Tesla, qui a pensé et conçu un TGV supersonique.

Une vitesse de 60 km/h !

La capsule hyper rapide « Urbanloop » se révèle être très futuriste : des véhicules de couleur bleue, grandement vitrés et avec beaucoup d’électronique, ayant l’apparence de capsules de télésiège. Ces derniers évoluent sur des roues présentes dans des rails électriques et dans un tube transparent, avançant à une vitesse moyenne de 60 km/h.

Les fabricants se sont basés sur un usage simple. Ainsi, il faut indiquer la destination dans un smartphone, lequel va concevoir un QR code. Puis, tout est automatisé et géré par l’IA. Vous n’avez rien à faire ! Le but ? Que le passager présent en station n’attende jamais. Concernant le véhicule, il n’a qu’à s’intégrer dans le tracé et s’en extraire quand il le faut.

Le projet accueille des étudiants et des lycéens

Le projet a été conçu par quatre écoles d’ingénieurs. Ensuite, il y en a d’autres qui ont intégré les rangs. Tous les ans, environ cent élèves ingénieurs mais également des lycéens étudiants en bac professionnel, avec l’appui d’une trentaine d’enseignants-scientifiques, ingénieurs ou professeurs, travaillent sur cet cet incroyable projet. Récemment, une SAS dotée d’un capital conséquent de cent mille euros a été créée pour soutenir le projet. À part cela, l’Université de Nancy avec l’aide de la Région Grand Est (qui soutient également financièrement une partie du projet) est devenu actionnaire. Ainsi, une levée de fonds va avoir lieu l’été prochain.

Néanmoins, il y a encore du travail avant que Urbanloop soit totalement bouclé. En effet, il est nécessaire d’avoir le feu vert d’une multitude d’instances de sécurité. Les élèves vont notamment s’attarder sur le poids des contraintes et des dangers sanitaires à cause de la pandémie de Coronavirus. Enfin, sachez que la mise en circulation pourrait avoir lieu dans quatre ans à la suite d’une adoption du projet dans deux ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *