moteur

Voitures autonomes : Renault démarre une expérimentation à Paris-Saclay

Mobilité Une

 

Le lundi 14 octobre, Renault a lancé une expérimentation de son service de voitures autonomes à Paris-Saclay. Une centaine de personnes, représentatives de la population du campus, ont été choisies pour commander une course à bord d’une Renault Zoé autonome jusqu’au 8 novembre 2019.

Chacun effectuera au moins 8 trajets au cours de l’expérimentation

Annoncés en mars dernier, les véhicules autonomes de Renault sont entrés en service cette semaine. Le lundi 14 octobre, le constructeur français a annoncé qu’il lançait une expérimentation sur le campus Paris-Saclay, jusqu’au 8 novembre 2019. Deux Zoé Cab électriques et autonomes ont été mis à disposition d’un groupe de volontaires pour assurer les trajets. Ce panel d’utilisateurs, représentatif de la population du campus, est constitué « d’étudiants, enseignants, chercheurs, entrepreneurs et personnel administratif », détaille Renault. Ces personnes travaillent, étudient et/ou vivent sur le campus urbain Paris-Saclay. Elles se sont engagées à effectuer au moins 8 trajets au cours des 4 semaines de l’expérimentation.

Deux prototypes de Renault Zoe déployés

Le service de robot taxi proposé par Renault est disponible du lundi au vendredi, entre 11h et 18h, via l’application Marcel, le service de VTC parisien racheté par le constructeur français. Pour effectuer un trajet, il faut indiquer sa position et sa destination ainsi que le nombre de passagers à embarquer. L’application propose alors au client l’un des 12 points de rencontre et de dépose choisis par Renault. A noter que le véhicule autonome peut s’arrêter en chemin pour prendre en charge un autre passager.

Deux prototypes de Renault Zoe sont déployés dans le cadre de ce test. Le premier dispose d’une grande porte arrière en élytre pour faciliter l’accès aux places avant comme arrière du véhicule. Chaque siège est équipé d’un écran et des connectiques, avec la possibilité de s’isoler. L’idée est de créer une « bulle d’intimité » pour les passagers. Le second véhicule comporte une porte arrière droite ouvrant sur le trottoir. Il est davantage dédié au partage et à la communication entre passagers. L’un des sièges est dos à la route, comme un transport en commun du futur.

Tester l’acceptation et le niveau technique du service

Cette expérimentation est lancée dans le cadre du « Paris Saclay Autonomous Lab », l’une des 16 initiatives de véhicules autonomes retenues par l’Etat. Le projet est réalisé en partenariat avec la startup Transdev qui propose une navette autonome i-Cristal devant relier la gare de Massy et le plateau de Saclay entre 23h et 3h. Renault prépare également un service de navette autonome qu’il entend déployerd’ici à 2024, en partenariat avec Waymo, entre l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et La Défense.

Avec cette expérimentation, Renault souhaite aussi bien tester l’acceptabilité auprès de la population que le niveau technique de ce service de mobilité à la demande. Le constructeur va pouvoir s’appuyer sur les retours d’expérience pour améliorer l’application mobile ou moduler les véhicules utilisés.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *