Grand oral du bac : enfin un exercice pour former les compétences de demain ?

Education Une

 

A partir de 2021, le baccalauréat va être fortement reformé. Alors que l’on comptait jusque-là une dizaine d’épreuves terminales, le nouvel examen n’en comprendra que cinq, dont le Grand Oral. Selon le Ministère de l’Education nationale, cette épreuve validerait les compétences fondamentales nécessaires pour les études supérieures, la vie sociale et professionnelle.

« l’objectif est que tout élève sache parler en public »

Les élèves qui font la classe de 1ère cette année, seront les premiers à affronter le Grand oral du baccalauréat à partir de 2021. Cette épreuve fait partie des grandes innovations du bac introduites par le Jean-Michel Blanquer. Le rapport « Faire du grand oral un levier d’égalité des chances » que Cyril Delhay, professeur d’art oratoire à l’Institut d’études politiques de Paris, a remis en juin au Ministre de l’Education nationale explique l’utilité de cette épreuve. Le document indique que « l’objectif est que tout élève issu du système scolaire français sache non seulement parler en public mais s’y exerce avec plaisir ». Le Grand oral se veut une réflexion générale sur la place et l’apprentissage de l’expression oral, de l’école primaire au lycée. Il serait alors l’aboutissement de cet apprentissage et validerait les compétences fondamentales nécessaires pour les études supérieures, la vie sociale et professionnelle.

Le Grand oral est inspiré du « colloquio » de la maturità italienne, l’équivalent du baccalauréat français. En recevant un tel nom, l’exercice paraît d’emblée intimidant. Il pourrait faire battre quelque cœur. En effet, en France, le « Grand oral » renvoie à l’épreuve mythique des concours d’entrée, notamment à l’Ecole nationale d’administration. Y’a-t-il un point commun entre ces deux exercices ?

En quoi consiste le Grand oral ?

Les modalités de la réforme ne sont pas encore précises, mais l’on sait déjà un peu comment se passera le Grand oral du bac. Il durera 20 minutes et se déroulera en trois étapes, devant un jury de professeurs : 5 min pour s’engager et convaincre, 10 minutes pour dialoguer avec le jury et 5 min pour revenir sur sa réflexion et exprimer une pensée en un acte. Celui-ci peut prendre la forme d’une mise en situation (tu devras te mettre à la place d’une partie prenante), d’un exemple ou un cas particulier de ce que tu as développé dans ta présentation ou d’une reformulation d’une partie de ta présentation, au cours de laquelle tu adoptes une nouvelle perspective.

« Parler » rejoint les « lire, écrire, compter »

Quelle que soit sa formulation, ce Grand oral a le goût d’une innovation majeure, selon Roger-François Gauthier, expert international en éducation et ancien inspecteur général. Il se demande toutefois si l’école de France s’apprête réellement à préparer les élèves à une des compétences fondamentales de la vie : parler. Ce verbe pourrait enfin être l’égal des « lire, écrire, compter » qui imposent leur diktat depuis des décennies.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *