biocarburants ekerosene eau co2

Biocarburants : un e-kérosène conçu avec de l’eau et du CO2

Economie Environnement Mobilité Société

Pensé et conçu par l’association allemande Atmosfair, ce e-kérosène entièrement neutre en carbone sera fabriqué dès 2021 et expérimenté sur des vols partant de l’aéroport allemand de Hambourg.

Pour rappel, les biocarburants sont des carburants de substitution faits via de la biomasse (matière première d’origine végétale, animale ou provenant de déchets). En règle générale, ils sont intégrés dans les carburants d’origine fossile.

Objectif 2022

Une première usine va concevoir de l’e-kérosène à l’échelle mondiale, en Allemagne, pour l’année 2022. Via l’association Atmosfair, la finalité de ce biocarburant, conçu essentiellement avec de l’eau et de l’air, est de diminuer de 50 % les émissions de dioxyde de carbone du trafic aérien. Néanmoins, cette conception sera extrêmement restreinte et concerne uniquement différents vols.

Destiné au trafic aérien, l’e-kérosène présente le point fort majeur d’une consommation 100 % neutre car il s’en va du moteur seulement le taux de dioxyde de carbone auparavant utilisé de l’atmosphère pour sa conception. Il affiche la promesse d’être entièrement neutre en dioxyde de carbone. Il n’aura également pas la moindre conséquence néfaste sur la nature.

Malgré tout, des effets sur l’environnement

Néanmoins, il faut faire preuve de prudence par rapport à l’usage de ce e-kérosène. Même si ce dernier est neutre en carbone, un vol d’avion aura continuellement des conséquences sur la nature. Le groupe Atmosfair effectue également un rappel important : ce e-kérosène engendre la conception de traces de condensation et d’ozone à haute altitude, qui contribue au réchauffement de la planète.

Toutefois, cette pollution est tout de même limitée via l’usage de ce e-kérosène. De façon globale, le groupe allemand Atmosfair affirme que l’utilisation d’e-kérosène totalement durable contribuerait à diminuer de près de 50 % l’effet sur le climat de l’aviation.

Total se penche sur un biocarburant composé d’huile de cuisson

L’usine allemande de Werlte marchera entièrement grâce à l’électricité verte, venant d’éoliennes et de panneaux solaires situés aux alentours de la ville. Cette dernière va se servir surtout de l’air et de l’eau sur place dans le but de concevoir, via technique d’électrolyse, de l’hydrogène. Par conséquent, l’usine intègre un système de capture de l’air dont la finalité est l’extraction du dioxyde de carbone de l’atmosphère. Cet hydrogène sera changé par la suite en e-kérosène dans une raffinerie basée dans la ville de Heide. L’expérimentation du carburant s’effectuera sur des vols décollant du grand aéroport allemand de Hambourg.

Le groupe Atmosfair est une association à but non lucratif allemande qui met en avant, conçoit et apporte son soutien à des énergies renouvelables dans environ quinze pays. Signalons que d’autres options, certaines très originales, sont également à l’étude aux quatre coins du globe. Dans le pays, le géant Total a conçu il y a peu un biocarburant fait en majorité d’huile de cuisson usagée.

Il faut savoir que la majorité des pays européens vont prochainement mettre en œuvre des quotas d’usage de biocarburants. La législation française envisage l’intégration de 1% de biocarburant sur la totalité des vols partant du pays dès 2022, avant de grimper à 2 % dans plus de trois ans et ensuite à 5 % pour l’année 2030.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.