botox A

Le botox A, la tendance de la chirurgie réparatrice

Santé

L’usage du botox et de ses nombreuses variantes ont changé le regard des patientes sur leurs corps et leurs visages. Quelques jours à la suite d’une injection, ces dernières peuvent se regarder sans aucune appréhension dans un miroir. Elles ont l’air en bien meilleure forme, ce qui booste évidemment au passage la confiance en soi. Grâce au botox, elle profite d’un réel rajeunissement, leur physionomie ayant l’air beaucoup plus apaisé. Néanmoins, le résultat est restreint par le temps. En effet, il faut que le dosage du botox soit non toxique. Cela impose de répéter les séances, et c’est souvent indispensable.

Le botox (obtenu avec dilution d’une toxine botulique, subissant en plus une modification génétique) est désormais un véritable « drogue » conduisant les personnes à revenir une multitude de fois afin de profiter de nombreuses injections, cela permettant d’obtenir un apaisement des traits prononcés et des rides les plus visibles. Cela a aussi un impact psychologique avec un apaisement de l’angoisse. Néanmoins, au-delà du simple aspect esthétique, la molécule du botox et de ses nombreux variants a bien d’autres utilités. Ainsi, cette dernière offre notamment une grande relaxation au niveau de la jonction neuro-musculaire, et cela par rapport à différentes zones du corps dotées de muscles (qu’ils soient striés ou lisses). Par conséquent, les utilisations dans les domaines de la médecine et de la chirurgie réparatrice se multiplient sur diverses zones corps, et les perspectives s’élargissent dans le but de guérir différentes pathologies.

La toxine botulique n’a plus rien à prouver

La formule chimique du botox s’appelle la toxine botulique. Il s’agit d’une neurotoxine, dont le rôle est le blocage des molécules d’acétylcholine, qui sont essentielles au niveau de la transmission entre le neurone et le muscle. Étant le résultat de la conception du bacille du botulisme, une multitude de laboratoires ont effectué la synthétisation et un travail poussé sur la toxine botulique. Le but ? Offrir des toxines un peu différentes mais permettant d’obtenir un effet superposable.

Une des meilleures toxines est la toxine initiale conçue par le laboratoire All. La puissance de cette dernière est conséquente. Ainsi, elle a notamment pu être utile en tant qu’arme chimique pour des dictateurs. Fort heureusement, il y a des antidotes. Concernant l’atténuation des rides avec le Botox A (et la plupart des variants du botox), elle s’effectue pour sa part entre trois et cinq journées.

Précautions à prendre, durée des effets et tarifs

Il faut une peau parfaitement propre, sans acné et sans pustules. Avant l’injection, il est nécessaire d’effectuer un nettoyage avec un gel désinfectant. Pour les personnes touchées par des survenues d’hyperglycémie avec un diabète de genre 1 ou 2, il est vivement conseillé de ne plus ingérer de sucre, de chocolat ou encore d’alcool dans les deux journées avant l’injection. Même chose pour les deux premières journées après.

La durée du bénéfice du botox (si on se base sur deux injections avec un espace d’un mois) et les effets obtenus vont durer près de quatre mois. Ensuite, ces derniers vont diminuer, en commençant par le front.

Quel est le prix des injections de botox A ? Actuellement, il est situé dans une fourchette allant de 600 à 800 euros si on se base sur deux injections avec un espace d’un d’intervalle. Pour de la réparation (comme par exemple des paralysies faciales ou un torticolis congénital), sachez que la Sécurité sociale peut prendre en charge les frais.

Le botox de plus en plus utilisé pour le corps humain

Au fil des années, les injections de botox A (et même les autres variantes) gagnent en popularité et sont désormais utilisées sur la totalité du corps humain. Les prescriptions sont de plus en plus nombreuses notamment lorsqu’il faut engendrer une paralysie d’un muscle strié ou d’un ayant un fonctionnement automatique, comme cela est par exemple le cas du sphincter.

Avec le botox A (mais aussi d’autres variantes), les plus belles prouesses ont lieu dans le traitement du bruxisme (il s’agit d’un problème d’hypercontraction des mâchoires entraînant un phénomène de dents qui grincent), mais également dans le traitement d’autres soucis de santé : tics entraînés par des paralysies faciales, hypersudation sur les zones des aisselles et des mains ou encore migraines quand ces dernières sont liées à une compression locale, sur une zone extrêmement précise qu’on nomme la « trigger zone ». Enfin, par rapport au remboursement par la Sécurité sociale, il peut avoir lieu lorsqu’ il s’agit d’un acte médical réparateur survenant lors d’un problème de santé reconnu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.