silence confinement

Savoir profiter du silence pendant un confinement

Santé Société

Un troisième confinement arrive et vous ne savez pas comment vous y préparer ? Même si comme le deuxième confinement, les règles seront certainement moins dures et seront aussi moins respectées, le contexte (même si nous y sommes désormais habitués) est compliqué pour beaucoup de monde. Or, un confinement comme il y en a beaucoup dans le monde actuellement n’est pas forcément une mauvaise nouvelle. En effet, on peut profiter d’une telle occasion pour apprendre à apprécier le retour du calme. Ce silence a notamment intéressé les Pulseurs, actifs dans une campagne de co-idéation (technique créative de conception intégrant des utilisateurs finaux et des experts) apparue sur le site web EDF Pulse & You.

Les bruits disparaissent lors d’un confinement

Il a plusieurs semaines, une campagne de co-idéation est apparue sur le site web EDF Pulse & You. Nommée « Enjoy le silence ! » (qui veut dire Profitez du silence), elle permet de questionner les Pulseurs par rapport au lien qu’ils ont avec le silence. Ainsi, il en ressort notamment qu’avec le premier confinement en 2020, beaucoup de ces derniers sont désormais nettement plus attentifs par rapport au bruit (près de 80 %).

Dès la mi-mai 2020, l’activité était repartie avec un trafic routier produisant des nuisances sonores plus que désagréables. Ainsi, près de 61 % des Pulseurs désirent que les bruits des voitures ne soient plus là. Environ 53 % indiquent que ce sont les bruits de la rue en général qu’ils souhaitent voir disparaître. Les chiffres d’une enquête de perception effectuée par l’organisation Acoucité (il s’agit de l’observatoire de l’environnement sonore), et ceux d’une étude faite par le Centre d’information sur le bruit, ont des résultats qui se ressemblent et se rejoignent par rapport à ce sujet.

Une diminution des bruits

À part la perception des individus interrogés, des mesures de niveaux sonores effectués par le groupe Acoucité avant et durant le confinement ont dévoilé une vraie baisse des bruits. Globalement, la diminution va de quatre à six décibels. Cela correspond à 60 à 75 % de l’énergie sonore, ce qui est plus que conséquent.

Dans certains centres-villes de métropoles françaises et/ou durant la nuit, cela est même plus. C’est essentiellement le trafic routier qui est ciblé par les personnes se revendiquant touchés par les nuisances sonores.

Profitez du confinement afin de retrouver le silence

En réalité, c’est la totalité de la Terre qui a bénéficié d’une période de calme inédite dans l’histoire. Ainsi, des enregistrements d’environ 185 capteurs sismiques répartis partout sur la planète ont relevé le silence le plus profond ayant jamais été capturé. Les experts nomment cela l’anthropause (baisse globale de l’activité humaine moderne). Ainsi, les conséquences ne nous concernent pas uniquement. En effet, par exemple, les animaux ont été de retour à proximité des villes, et le sont encore. Les sismologues ont sauté sur l’occasion afin d’étudier des microséismes imperceptibles en temps normal. Ainsi, les Pulseurs et au final beaucoup plus de gens qu’on ne le pense désirent un troisième confinement afin de profiter du silence, pour ne plus entendre les voitures et pour se fondre dans le silence et les bruits de la nature.

Néanmoins, afin de bénéficier des vertus du silence, il y a d’autres moyens qu’un confinement éternel. En effet, il existe des options agissant sur les nuisances engendrées par le trafic routier. Ainsi, on peut notamment limiter la circulation des poids lourds en ville, soutenir l’usage des voitures électriques et du vélo, combattre les attitudes inciviques, choisir des revêtements routiers phoniques ou bien descendre encore plus les limitations de vitesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.