coronavirus immunite

Covid-19 : l’immunité pourrait s’étaler sur « des années » !

Santé

Si l’immunité du Coronavirus s’étale sur des années, il est possible que le virus s’éteigne de lui-même. Or, les études par rapport à cela se contredisent. Il faut dire que le sujet est assez compliqué, et ce n’est pas qu’une question d’anticorps. Il n’y a pas une unique journée sans qu’une nouvelle étude par rapport à la durée de l’immunité au Covid-19 n’arrive.

Les anticorps : uniquement un morceau du tableau immunitaire

La plus grande partie des études s’attardent sur les anticorps qui offrent une réponse directe et efficace afin d’éliminer le virus. Or, le système immunitaire n’est pas si simple que cela. En effet, l’organisme possède d’autres façons de combattre le virus et de s’en protéger. Ainsi, une étude apparue sur le serveur nommé bioRxiv, affirme qu’en prenant en compte la totalité de la réponse immunitaire, il serait possible d’être immunisé face au Covid-19 durant au minimum des années, et au maximum des décennies.

Les experts se sont également attardés sur les différents éléments majeurs de la réponse immunitaire. Il s’agit des anticorps, des lymphocytes B mais également des lymphocytes T CD8+ et T CD4+. L’étude a porté sur le prélèvement d’échantillons sur 189 individus de nationalité américaine ayant entre 19 et 81 ans. La majorité d’entre-eux avaient des symptômes bénins du Covid-19.

Lors de leurs recherches, les scientifiques se sont aperçus d’une légère diminution des anticorps (six à huit mois) à la suite d’une infection. Ils ont aussi noté que le nombre de cellules B augmentait. Concernant le nombre de cellules T, il baisse légèrement et lentement. Ainsi, cette diminution permet d’entrevoir une persistance à long terme. Il faut savoir que cette étude est inédite et unique. Effectivement, elle est la toute première à effectuer un traçage aussi précis de la réponse immunitaire.

Lymphocytes B et T : une immunité s’étalant sur le long terme

Les conclusions de cette étude par rapport à l’immunité sont extrêmement encourageants. Ils sont en accords avec les résultats d’autres études. Par exemple, il a été prouvé que des personnes touchées par le Sras, épidémie survenue en 2003, possèdent encore des anticorps neutralisants plus de 17 ans après avoir été infectées.

Une autre étude, effectuée en Allemagne (plus précisément à l’université de la ville de Fribourg) a dévoilé que des personnes touchées par le Coronavirus ont eu une réponse immunitaire efficace grâce aux lymphocytes T CD8+. Effectivement, ces derniers ont la capacité de supprimer les agents pathogènes, et cela même quand il n’y a pas d’anticorps.

Au contraire de la réponse humorale conçue par les anticorps neutralisants, l’immunité donnée par les cellules B et T ne se révèle pas être stérilisante : cela signifie qu’elle ne peut pas stopper une nouvelle infection. Néanmoins, elle a la possibilité d’éviter les formes lourdes du Coronavirus (dans la théorie). Si on se fit aux dires des scientifiques de cette étude, cette protection est extrêmement efficace puisque le Coronavirus ne se propage pas rapidement dans l’organisme. Ainsi, cela laisse le temps nécessaire au mécanisme immunitaire de s’organiser et de faire face. Au final, la Covid-19 est stoppé assez vite afin que vous n’ayez aucun symptôme mais également pour que vous ne soyez pas infecté par la maladie.

Covid-19 : une immunité durant des années ?

Il est tout à fait possible que cette fameuse mémoire immunitaire s’étale sur des années et des années, voire même des décennies. Le point fort des cellules immunitaires en comparaison aux anticorps, c’est que leur fabrication s’effectue en quantité conséquente et ne diminuent pas tellement sur le long terme. Par contre, il va falloir désormais parvenir à définir quel taux d’anticorps ou de cellules immunitaires il faut afin d’offrir un niveau de protection satisfaisant. D’ailleurs, ce pourcentage pourrait malheureusement être très changeant en fonction des individus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.