spray nasal Coronavirus

Un spray nasal afin de stopper le Coronavirus

Santé

Dans la course au vaccin contre le Coronavirus, des experts français ont conçu un peptide neutralisant l’infection virale. Il s’agit d’un leurre conçu avec des acides aminés naturels venant se mettre directement sur la cellule infectieuse. Le directeur des travaux d’une équipe de scientifiques du CNRS, Philippe Karoyan, affirme que cette trouvaille est une réelle alternative au vaccin.

Test sur des cellules pulmonaires

Les informations récentes sur le Covid-19 nous apprennent que la première phase de l’infection nécessite la rencontre de la protéine virale nommée SPIKE et d’un récepteur humain appelé ACE2. Cela permet au virus d’emprunter de véritables portes dans les poumons. Il s’agit tout simplement de l’origine de l’infection et de la cause de la prolifération du Coronavirus.

Ainsi, le but d’une équipe d’experts du CNRS est de façonner des leurres, nommés des peptides, dans le but de prévenir le mieux possible cette rencontre. À titre de comparaison, il s’agit de fausses serrures pouvant interférer avec les cellules virales.

Leur savoir-faire pour imiter l’ACE2 a été validé. Ainsi, un test avec ces peptides a pu être effectué chez l’homme sur des cellules pulmonaires. Trois de ces derniers ont été concluants, dont deux très efficaces afin de parfaitement neutraliser l’infection virale.

Mille plus efficaces en comparaison aux cellules naturelles

L’interaction entre ces leurres et la fameuse protéine virale est extrêmement puissante. Ainsi, elle demeure irrévocable. Afin de rester sur la comparaison avec la serrure, c’est comme si on insérait une clé aisément et rapidement, mais qu’on ne pouvait plus enlever par la suite.

Il faut savoir que ces leurres sont mille fois plus efficaces par rapport aux cellules naturelles. La phase finale de l’expérience était de constater la non-toxicité des peptides : résultat satisfaisant puisqu’elles ne sont pas toxiques pour les cellules pulmonaires humaines. En tout cas, ces leurres sont de puissants moyens pouvant être utiles dans des soins prophylactiques et thérapeutiques afin de combattre le Coronavirus, selon le CNRS.

Une technique déjà utilisée pour le virus du sida

Le projet, ayant reçu des soutiens de poids, a fait l’objet d’une demande de brevet au début du mois de mai. Plusieurs virologues affirment que se servir des peptides est une très bonne stratégie. Cette méthode avait notamment montré son efficacité, il y a une vingtaine d’années, pour le virus du sida.

Or, il reste encore différents points d’ombre par rapport à l’utilisation de cette technique contre le Coronavirus. Les peptides pourront-ils perdurer dans le corps ? Les systèmes de nettoyage du corps humain ne vont-ils pas les neutraliser ? En tout cas, si cela fonctionne pour ce genre de virus (avec infection respiratoire), cela sera tout simplement une première. Néanmoins, il faut relativiser car il y a eu encore peu d’essais à l’heure actuelle. Le but ultime serait que ce produit miracle contre le Covid-19 soit proposé sous différentes formes : spray nasal ou encore pastilles. L’utilisation se ferait à titre préventif.

Avant une telle mise en marché, les experts souhaitent obtenir des financements afin d’effectuer des études in vivo (qui sont le plus identique possible par rapport aux conditions naturelles, contrairement aux études faites in vitro). La durée de conception d’un tel produit est de dix ans. Or, vu l’urgence, sa fabrication devrait être beaucoup plus rapide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *