planete perte glace fonte du Groenland

Fonte du Groenland : perte de milliards de tonnes de glace

Environnement

Depuis des dizaines d’années, les experts sont de plus en plus alarmistes par rapport à la fonte des glaces. Grâce aux outils modernes de mesure, ils peuvent désormais quantifier le phénomène. La calotte glaciaire du Groenland a vu plus de 532 milliards de tonnes de glace disparaître l’an dernier. Cela se traduit par environ trois millions de tonnes d’eau chaque jour. Encore mieux : cela correspond à près de six piscines olympiques par seconde. C’est un record assez triste pour cet immense territoire arctique, extrêmement impacté par le réchauffement de la planète. Point inquiétant : le phénomène a des conséquences sur la totalité de la Terre.

La fonte du Groenland, problème majeur pour la planète

La diminution de la calotte glaciaire l’an dernier était au minimum quinze pourcents au-dessus du dernier record, datant de plus de huit ans. Malheureusement, cela valide une tendance de long terme, si on se fit aux conclusions des experts apparus dans la célèbre revue Communications Earth & Environment.

Une autre étude de cette revue mettait déjà en avant la diminution inexorable de la calotte glaciaire du Groenland. Les experts affirmaient que la zone était au point de non-retour. D’ailleurs, même si le réchauffement de notre planète se stoppait net, la fonte continuerait puisque les chutes de neige actuelles sont insuffisantes afin de combler les pertes.

Conséquence majeure : l’an dernier, la fonte du Groenland s’est traduite par la plus conséquente source d’élévation du niveau des mers (environ 1,4 millimètre), ce qui correspond tout de même à quarante pourcents du total. Avec cette augmentation du niveau des océans, des millions d’individus sont touchés. Les scientifiques pensent que d’ici trente ans, près d’un milliard de personnes habiteront dans des zones côtières, pourtant très vulnérables aux inondations ou conditions climatiques difficiles, qui sont en plus désormais accentués par la montée des eaux ainsi que le dérèglement du climat.

La planète a perdu des milliers de milliards de tonnes de glace en plus de 25 ans

Une semaine à la suite de l’apparition de cette deuxième étude s’attardant principalement sur le Groenland, des experts de différentes universités du Royaume-Uni (dans les villes de Leeds, d’Édimbourg) mais aussi l’Université de College London, ont concocté un rapport par rapport aux conséquences du réchauffement de la planète et des gaz à effet de serre. Les chercheurs ont étudié les relevés via satellite de la totalité des pôles, glaciers et montagnes de la Terre afin de quantifier combien de surface de glace ont fondu en trente ans. L’étude, apparue sur le portail web Cryosphere Discussions et dans le célèbre journal The Guardian, met en avant le fait que planète a perdu 28 000 milliards de tonnes de glace depuis plus de 26 ans.

Les experts définissent cette fonte de la glace comme « stupéfiante » et font aussi de la prévention par rapport aux nombreux risques de l’élévation des mers. Ils affirment que le niveau des océans pourrait grimper d’un bon mètre d’ici la fin du siècle. Si on se fit à diverses études, chaque centimètre d’élévation du niveau de la mer signifie qu’à peu près un million d’individus devront changer de lieux de vie. Une migration forcée conséquente donc qui pose bon nombre de questions. C’est pourquoi il faut agir ensemble pour la planète, et cela dès maintenant !

Cette fonte n’est pas irréversible

À l’heure actuelle, il est encore temps d’agir. En effet, rien n’est encore irréversible. Même si l’océan possède une inertie thermique conséquente, c’est encore plus le cas pour les glaciers. Pendant 2017 et 2018, des hivers très froids et des grosses chutes de neige avaient engendré une diminution de près de 58 % de la fonte des glaces sur le territoire du Groenland. Concernant les 28 000 milliards de tonnes de glace, même si le chiffre est tout simplement titanesque, cela concerne au final une petite partie de la gigantesque quantité de la glace présente sur la planète. Si la totalité de cette dernière venait à disparaître, la mer ne s’élèverait pas d’un mètre mais d’une hauteur stupéfiante et inimaginable de … plus de 65 mètres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *