10 heures de bug : la plus grande panne de Facebook

Numérique

Une panne géante a affecté Facebook, WhatsApp et Instagram dans la soirée de mercredi ralentissant ou bloquant l’usage des réseaux pendant plus de dix heures. Vraisemblablement liée à un problème de serveur, cette panne s’ajoute à une précédente en novembre et vient fragiliser Facebook, dans la tourmente depuis plusieurs mois.

Des réseaux figés toute une journée

Cette soirée du mercredi 13 mars, Facebook vient de faire face à l’un de ses plus gros bugs : des milliards d’utilisateurs du réseau ainsi que de WhatsApp et Instagram, également détenus par Facebook, ont été privés d’une utilisation totale ou partielle de leurs services. Le géant américain a rapidement déclaré sur son compte Twitter qu’il ne s’agissait pas d’une cyber-attaque, autrement dit que les serveurs n’avaient pas été intentionnellement submergés par un nombre ingérable de demandes de connexions soudaines.

Ce « Facebook down » général qui a touché l’Europe du Nord et le Japon a déclenché de très nombreux commentaires sur Twitter, grand rival du groupe. Cette panne inédite risque de porter préjudice au réseau :  l’action de Facebook a chuté de 2,42 % au démarrage de la séance new-yorkaise et le concurrent russe d’Instagram, Telegram, aurait gagné trois millions d’utilisateurs ces dernières 24 heures.

Facebook dans la tourmente

Cette panne tombe au plus mauvais moment pour le réseau social déjà fragilisé par le scandale le scandale Cambridge Analytica. Cette semaine encore, la confidentialité de la messagerie instantanée Facebook Messenger venait d’être questionnée : selon Imperva, société de cybersécurité américaine, un bug permettait de pirater les comptes pour connaître les correspondants des utilisateurs.

Pour Thomas Fauré, le PDG de Whaller, interviewé par le site Le Parisien, la panne géante du réseau social hier soir pourrait venir du programme principal commun aux trois services. Il dénonce ainsi un probable échange de données entre les réseaux appartenant à Facebook : « cela prouve au passage que malgré le discours officiel, des données sont échangées entre Instagram, Facebook et WhatsApp qui utilisent des serveurs mutualisés ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *