L’impact des selfies sur le tourisme

Société

En avril 2017, le premier musée à selfies ouvrait ses portes aux Etats-Unis. Le phénomène symbolise la place occupée par le numérique dans nos sociétés actuelles. Une tendance dont l’industrie touristique s’est vite saisie.

« Museum of ice cream » : des décors à selfie sur mesure

En avril 2017, le « Museum of ice cream », premier musée à selfies ouvrait ses portes aux Etats-Unis. Conçu de manière éphémère, le musée a voyagé entre New-York, San Francisco, Los Angeles et Miami. Offrant aux visiteurs des décors spécifiquement conçus pour prendre des selfies mémorables, le musée a attiré de nombreux people et pas moins de 500 000 visiteurs la première année d’après les responsables. En 2018, un autre musée éphémère consacré cette fois à l’histoire du selfie avait ouvert ses portes à Los Angeles pendant deux mois.

Les selfies dans le marketing touristique

Derrière l’anecdote, une tendance de fond : on estime qu’environ 1000 selfie par seconde seraient pris dans le monde et les lieux touristiques concentrent une large part de ces auto-portraits devant les monuments les plus emblématiques. En 2015, la tour Eiffel était ainsi le monument le plus prisé des touristes et arrivait en tête des selfies diffusés sur Instagram.

Les agences de voyage se sont saisies du phénomène et le selfie devient désormais un outil marketing central : concours photos sur le web, « rallyes selfies » organisés par les offices de tourisme des villes et régions, lieux dédiés pour la pose dans certains quartiers (comme à Bruxelles où des estrades ont été installées dans endroits stratégiques).

Des nuisances ?

Un phénomène qui n’est pas sans poser questions et certains lieux ou événements touristiques décident leur interdiction : prise de selfies interdite sur les marches à Cannes lors du dernier festival et perches à selfie interdites dans de nombreux musées et à Milan qui en a totalement interdit l’usage au sein de la ville. La nuisance serait surtout liée au comportement des touristes voulant se prendre en photo : en 2015, la ponte des tortues olivâtres au Costa Rica avait été dévastée par des touristes qui voulaient poser aux côtés des animaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *