Taxer la viande à la place du carburant ?

Alimentation

Des experts affirment que la taxation d’industrie polluante comme l’élevage pourrait être plus efficace qu’augmenter la fiscalité de l’essence et du gazole.

David Chauvet est juriste, essayiste et défenseur des droits des animaux. Il affirme que « la production de viande est plus polluante que le secteur des transports, mais le gouvernement semble l’ignorer ». Monsieur Chauvet invite le gouvernement d’Edouard Philippe à mettre en place une nouvelle fiscalité de la viande expliquant que cette taxation serait moins dommageable pour les foyers pauvres que celle sur le carburant puisque l’on peut modérer sa consommation de viande plus facilement.

Monsieur Chauvet et d’autres remettent en cause l’affirmation du gouvernement qui explique que cette politique est un geste en faveur de la transition écologique. « Aujourd’hui, on demande aux Français d’arrêter de prendre leur voiture quand ils ne peuvent pas faire autrement puisqu’il n’y a pas d’alternatives immédiates ou abordables. En revanche, on ne leur demande pas de diminuer leur consommation de viande alors que c’est à leur portée … Ce n’est pas logique », développe celui qui souhaite modeler les habitudes des Français.

Auteur du livre Une Raison de lutter. L’avenir politique et philosophique de la viande (L’Âge d’homme, 2017), il plaide pour que « que l’on traite la viande comme toute autre activité polluante ». Selon lui, la mise en place d’une dissuasion de la consommation de viande par les taxes est souhaitable affirmant que « 3 millions d’animaux sont tués par jour en France pour notre consommation, les révélations de L214 démontrant que les conditions d’abattage sont déplorables. Si on tuait moins d’animaux, on le ferait certainement mieux ».

Le juriste esquive la question de l’équilibre alimentaire des repas et de l’équité de ses propositions puisque comme avec la fiscalité sur le carburant, ce sont bien les plus pauvres qui en subiront les conséquences directes, à savoir une baisse de consommation de viande au profit d’une alimentation basée sur des produits transformés. Il est vrai que l’élevage apporte une importante contribution à la pollution des sols et de l’air. Ce secteur est responsable de 15% des émissions annuelles de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur des transports. Selon l’ONU, si la consommation de viande continue à progresser ainsi, dans 30 ans, elle aura augmenté de 100%. David Chauvet tire la sonnette d’alarme : « la planète ne tiendra pas. Nous devons collectivement manger moins de viande. Pour ce faire, la viande pas chère doit être taxée pour devenir plus chère ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *