Une assemblée générale de l’ONU avec Trump

Géopolitique

Trump contre tous ? C’est qui ressortirait d’une semaine d’interventions marquée par celle du président Américain et sa conférence de presse surréaliste.

L’Iran état terroriste et ennemi principal des Etats Unis d’Amérique ? C’est ce qu’a déclaré Trump à l’ONU soutenant que « nous ne pouvons pas permettre au principal soutien du terrorisme dans le monde de posséder les armes les plus dangereuses de la planète ». Il a ensuite évoqué les nouvelles sanctions américaines à l’égard de Téhéran et des pays qui accepteraient encore d’échanger avec. C’était une déclaration attendue et qui confirment sa volonté de s’en prendre économiquement au pays. Trump a déclaré : « Nous travaillons avec les pays qui importent du pétrole brut iranien pour qu’ils coupent substantiellement leurs achats ». L’Union européenne compte mettre en place un mécanisme à l’échelle de l’union pour continuer à commercer avec l’Iran suscitant des réactions chez les Américains. Mike Pompeo, chef de la diplomatie des USA s’est déclaré être « dérangé et profondément déçu » par la décision européenne.

Trump a aussi évoqué la situation du pétrole dont le prix repart à la hausse en ce moment. Il a appelé l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) à faire cesser cela : « nous défendons nombre de ces nations pour rien et elles en profitent pour nous imposer des prix plus élevés du pétrole. Ce n’est pas bien. Nous voulons qu’elles cessent de faire monter les prix (…) et qu’elles commencent à les faire baisser ».

Le président Américain s’en est pris à la Cour Pénale Internationale qu’il a accusé de n’avoir « aucune légitimité et aucune autorité ». Il a déclaré que « les Etats-Unis n’apporteront aucun soutien ou reconnaissance à la CPI», qui « revendique une juridiction quasi universelle sur les citoyens de tous les pays en violation des principes de justice, d’équité » avant d’ajouter : « Nous n’abandonnerons jamais la souveraineté américaine à une bureaucratie mondiale non élue et irresponsable » déclarant s’opposer à « l’idéologie du mondialisme ». Toujours aux prises avec l’organisme international, il a ajouté vouloir diminuer la contribution américaine au budget des opérations de maintien de la Paix. Il souhaite la faire passer de 28.5% (6.7 milliards de dollars » à 25 % pour encourager d’autres pays à « partager ce lourd fardeau ».

Les multiples provocations de Trump ont fait réagir Maduro, le président du Venezuela et ennemi de l’administration américaine qui à l’annonce de nouvelles sanctions visant son pays a déclaré « chaque sanction du gouvernement ‘’gringo’’, outre qu’elle est illégale et inutile, est une médaille pour nous, les révolutionnaires ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *