SNCF : le mouvement en passe d’être discuté

Travail

Les employés de la SNCF engagés contre la réforme du gouvernement concernant le statut des cheminots, attendaient cette semaine avec impatience. Edouard Philippe a reçu les cheminots dans les bureaux de Matignon.

Un contexte difficile

Depuis le 1er avril, la situation est catastrophique pour des milliers de passagers. En effet, les cheminots employés de la SNCF, mènent une grève prévue au moins jusqu’au 28 juin prochain. La raison ? Un désaccord total avec le gouvernement : il y a quelques mois, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé la fin du statut des cheminots.

Une deuxième phase de négociation

«C’est une réunion qui nous inscrit clairement dans une deuxième phase de négociations. Il n’y aura pas de retour sur ce qui est déjà passé à l’Assemblée nationale, mais on va pouvoir formuler des propositions», a précisé Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. Il a également expliqué que le groupe travaillait déjà sur une quarantaine de propositions.

Une situation inchangée à la sortie

Alors qu’Edouard Philippe a reçu un à un les syndicats de cheminots, la discussion semble n’avoir mené nul part. “Pour nous, la grève continue“, a déclaré à sa sortie Laurent Brun, de la CGT Cheminots. Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a estimé qu’il n’y avait “aucune raison pour que la grève s’arrête“.

Pour le premier ministre, il n’est pas question de revenir sur “l’ouverture à la concurrence, la fin des recrutements au statut, et la transformation de la SNCF en trois sociétés fonctionnant selon les règles des sociétés anonymes”. De plus, ces trois points ont été actés dans le projet de loi adopté à la majorité absolue par les députés mi-avril.

La date de la fin des recrutements au statut a été fixée au 1er janvier 2020 par l’exécutif, et “fait désormais partie des points non négociables”.

Après cette seconde rencontre, malgré la fermeté dont il a fait preuve, le premier ministre assure que de nouvelles discussions auront lieu courant mai, et que le projet « peut encore être finalisé ».  Le 14 mai prochain, les cheminots ont dores et déjà prévu une journée « sans trains, sans cheminots ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *