L’économie du partage apporte-t-elle une véritable solution face enjeux de consommation actuels ?

Economie

Pensée pour modifier les rapports sociaux et les modes de consommation, l’économie du partage reste-t-elle une alternative viable alors qu’elle est de plus en plus « récupérée » par des géants du secteur des services ?

Principes de l’économie du partage

Plus sociale, plus humaine, l’économie de pair-à-pair est surtout un véritable enjeu écologique. En effet, une consommation plus raisonnable, qui permet d’éviter le gaspillage, est un des défis majeurs que nous devons relever aujourd’hui. Et, en permettant la mutualisation des biens de tous types (électro-ménager, voitures, vêtements, poussettes, etc.), l’économie du partage est une promesse de taille dans ce domaine.

De plus, même si les techniques sont anciennes (troc, dons, reventes, échanges, prêts, réutilisation, etc.), le numérique les a rendues accessibles à tous, et faciles à utiliser et à communiquer, augmentant encore leur impact potentiel sur les relations sociales et l’environnement, et s’étendant dans toutes les sphères de l’économie.

La marchandisation de l’économie du partage

Toutefois, peut-on encore parler d’économie du partage lorsque quelques grands noms du secteur se partagent un marché devenu plus juteux que responsable. « Non » répond Michel Beauwens, pour qui cette économie de pair-à-pair signifie que les “clients individuels” s’organisent entre eux, écartant de fait les intermédiaires tels qu’Uber ou Airbnb.

Les alternatifs seraient-ils alors devenus tout aussi capitalistes que leurs aînés ? En réalité, il s’agirait plutôt d’une récupération marketing, puisque ces plateformes dites “collaboratives” n’ont rien à voir avec l’économie du partage telle que la considèrent ses défenseurs, comme Michel Beauwens. Toutefois, on ne peut nier que le partage des biens communs « est pour le moment dominé par l’économie politique du capitalisme », comme l’affirme le théoricien belge du pair-à-pair.

Diversité de l’économie du partage

Mais, il ne faut pas oublier que l’économie du partage est vaste, et encore souvent méconnue. Couchsurfing et le covoiturage ont depuis longtemps conquis les voyageurs, les MOOC se répandent, de nouvelles plateformes de financement participatifs se créent (comme Gotéo, en Espagne). C’est aussi un domaine jeune, comme l’affirme Lisa Gansky, auteure de Why the Future of Business is Sharing, la sharing economy, qui n’a pas encore franchi l’étape de la puberté, et qui a donc toute latitude pour se développer.

Toutefois, l’argent constitue souvent un frein au développement et à la visibilité de ces projets. Même si les initiatives sont généralement portées par la société civile, l’État a donc un rôle central de soutien à jouer si l’on souhaite que l’économie du partage puisse, à l’avenir, constituer une véritable alternative sociale, économique et écologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *