Cellules cancéreuses colorectales humaines traitées avec un inhibiteur

Cancer : un médicament trouvé en Allemagne?

Santé Une

 

Prosion Therapeutics, une startup allemande basée à Cologne, a annoncé il y a quelques jours avoir mis au point une approche prometteuse pour vaincre le cancer. Ce procédé viserait en priorité les motifs dits riches en proline (PRM) pour empêcher la synthèse et la prolifération cellulaire et donc à bloquer les métastases cancéreuses. 

Depuis toujours, la recherche scientifique rêve de vaincre un jour le cancer. Cette maladie est l’une des plus mortelles au monde. Sous toutes ses formes (poumon, sein, foie, etc.), elle a provoqué en 2020 le décès de 10 millions de personnes. Soit plus que le nombre total de morts du sida, de la tuberculose et du paludisme. Le pis c’est que la mortalité liée à ce fléau augmente de façon constante depuis près de quarante ans. Et cela malgré les nombreux progrès thérapeutiques réalisés à ce jour en termes de prévention et de dépistage précoce. C’est dans ce contexte qu’une startup allemande dit avoir trouvé une approche prometteuse pour vaincre cette maladie.

Des inhibiteurs sélectifs à base de ProM

Il s’agit de Prosion Therapeutics, une entreprise spécialisée dans l’oncologie et fondée par Slim Chiha et Mutlu Yoenel. Cette jeune pousse dispose d’une équipe de sept chercheurs travaillant dans deux laboratoires, sur le campus de l’Université de Cologne, où se trouve son siège, et à Berlin. Son approche est issue d’une thèse de doctorat en chimie supervisée par les Dr. Hans-Guenther Schmalz et Dr. Ronald Kühne du Leibniz Research Institute for Molecular Pharmacology. Elle viserait les motifs dits riches en proline (PRM) pour empêcher la synthèse et la profusion cellulaire et donc de bloquer les métastases cancéreuses.

Prosion Therapeutics a précisément développé des inhibiteurs hautement sélectifs à base de ProM (Patient-Reported Outcome Measures) pour des cibles pharmaceutiques jusqu’ici impossibles à traiter et qui jouent un rôle clé dans les métastases du cancer. En particulier celui du sein et du pancréas. Mais ces cibles concernent aussi d’autres pathologies comme le diabète, la maladie d’Alzheimer ou encore les maladies cardiovasculaires. La startup compte combiner ses ProM pour former les premiers médicaments à petites molécules pour une catégorie de « non médicamenteux » PRM.

Des résultats d’essais in vivo prometteurs chez le poisson zèbre

Prosion indique que des études avec les inhibiteurs de petites molécules à base de ProM ont montré une affinité de liaison très élevée à la surface de la protéine cible. Des résultats d’essais in vivo chez le poisson zèbre montrent qu’une inhibition réduit considérablement l’invasion des cellules cancéreuses dans les tissus distants. D’autres expériences sont en cours pour confirmer l’efficacité, mais également évaluer une éventuelle toxicité. Il s’agit notamment de savoir si une attaque générale contre une grande diversité de processus métaboliques ne pourrait pas provoquer des effets secondaires graves.

Un investisseur célèbre finance la recherche

Pour aider Prosion Therapeutics à poursuivre ses recherches, Frank Thelen a mis à disposition des fonds. Cet investisseur aussi renommé que controversé a construit sa fortune en demandant à ses fans d’investir dans un fonds public, qui a atteint 100 millions d’euros. Actuellement, c’est l’un des plus grands influenceurs d’Allemagne. Dans les talk-shows outre-rhin et sur les réseaux sociaux, il se présente comme un entrepreneur visionnaire. À l’image d’Elon Musk (il est d’ailleurs un investisseur de portefeuille dans Tesla). Thelen avoue qu’il « n’a pas prêté une attention particulière à la biologie, la chimie et la physique depuis l’école primaire », mais qu’il s’intéresse maintenant grandement à ces disciplines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.