Covid-19 enfants

Que sait-on du Covid-19 chez les enfants un an après son apparition ?

Santé

Le Coronavirus fait désormais partie de notre vie quotidienne, et cela depuis plus d’un an. Dès son arrivée, les experts ont effectué une multitude d’études par rapport au Covid-19. Désormais, avec plus d’un an de recul sur la maladie, que connaissons-nous des conséquences de la maladie par rapport aux enfants ?

En tout cas, la production scientifique concernant le Covid-19 est conséquente. Ainsi, en 2020, ce sont environ 80 000 écrits, revues ou commentaires intégrant le mot-clé « Covid-19 » qui ont été recensés. Or, malgré tout cela, il y a encore beaucoup de mystère par rapport à ce virus. Ainsi, un des nombreux sujets portant à débat est la contamination des enfants. A l’heure actuelle, un nombre restreint de cas pédiatriques a été la cible d’études scientifiques. Ainsi, les conclusions de ces dernières sont encore malheureusement souvent contradictoires.

Le Coronavirus chez les enfants : que sait-on ?

En Angleterre, des experts ont publié dans la célèbre revue médicale « Clinical Infectious Diseases » un écrit résumant tout ce que l’on sait actuellement sur les cas pédiatriques du Covid-19. Le travail a porté sur 24 études, avec 16 de ces dernières n’ayant pas été vérifiées par des pairs (la plupart ayant été effectuées en Chine).

De quelle manière les enfants attrapent-ils le virus ? Qu’en est-il de la contamination ? Sont-ils des supers propagateurs de la maladie ? Les informations à ce sujet ne sont pas nombreuses. Ainsi, il est difficile de répondre à ces différentes questions. La contamination chez les enfants se fait durant des contacts proches avec des personnes adultes. Actuellement, il n’y a pas beaucoup d’indices par rapport à la capacité des petits à donner le Coronavirus. Une chose est sûre : il y a moins de danger d’infection au Covid-19 chez les enfants que chez les adultes.

Le Covid-19 est moins lourd chez les enfants

Les symptômes les plus récurrents du Coronavirus sont la fièvre, la toux ou encore la gorge irritée. On peut aussi inclure les éternuements. Pour ce qui est des détresses respiratoires, elles sont peu fréquentes chez les enfants. Au même titre que chez les personnes adultes, les comorbidités des petits sont des aspects augmentant la gravité du virus.

Même si elles sont moins nombreuses chez les enfants, les formes lourdes du Coronavirus ne les épargnent pas pour autant. Or, cette dernière n’a pas la même forme chez eux. Ainsi, quelques semaines à la suite de l’infection, des enfants et des adolescents ont été touché par un syndrome inflammatoire généralisé (syndrome de Kawasaki pour certains, pseudo-Kawasaki pour d’autres). En tout cas, ce dernier a nécessité des soins lourds et poussés. Les formes les plus graves ont même entraîné des décès à la suite d’hospitalisations.

Comment protéger les enfants du virus ?

Un écrit, apparu dans la revue médicale Jama Pediatrics, de deux experts travaillant dans une université de médecine américaine (située dans l’État de Floride dans la ville de Gainsville), aborde les mesures à prendre afin de protéger les enfants. Ces dernières sont simples : chaque membre d’une famille, adulte et enfant, doit avoir un masque chaque fois qu’il sort de chez lui, doit se laver les mains (avec une solution hydroalcoolique ou du savon) et doit respecter la distanciation sociale entre individus. Autre option de plus en plus en vogue : la vaccination. Ainsi, dans une même famille, les personnes ayant plus de seize ans doivent se faire vacciner afin de protéger les enfants. À titre d’information, la vaccination (et notamment le vaccin signé Pfizer) n’a toujours pas été testé sur des petits.

Dernier point important : récemment, des variants sont apparus. On en dénombre actuellement trois : les variants anglais, sud-africain et brésilien. En tout cas, à l’heure actuelle, aucune pression liée au Coronavirus n’a été constatée en pédiatrie. Plutôt bon signe donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.