train Spacetrain

Spacetrain : le train qui va plus vite que le TGV !

Economie Mobilité Société

Il y a plus de soixante ans, un projet titanesque se nommant l’Aérotrain, avait pour mission de vaincre des records de vitesse. Le train devait se servir de coussins d’air et aller à plus de 300 km/h. Or, le projet fut abandonné. Cependant, on reparle désormais de ce projet mort-né grâce à l’apparition du Spacetrain.

Un projet s’inspirant de l’Aérotrain

Il y a plus de soixante ans, Jean Bertin avait comme but de concevoir un train sans roue, avançant grâce à un simple rail ainsi qu’une hélice. Au final, cet inventeur était parvenu à faire rouler différents prototypes grâce à une structure spécifique. En 1974, le record international de vitesse ferroviaire fut même battu avec une vitesse stupéfiante de 430,2 km/h.

Un descendant de ce fameux Aérotrain, nommé Spacetrain, utilise une méthode semblable à celle utilisée par son glorieux aîné. Or, les perspectives sont encore plus grandioses : rouler à une vitesse d’environ 500 km/h, afin que le trajet Paris-Orléans s’effectue en treize minutes au lieu d’une heure et dix minutes. Même chose pour le trajet Paris-Le Havre, qui pourrait s’effectuer en une petite demi-heure au lieu de deux heures.

Voici les quatre points forts majeurs du Spacetrain : sécurité optimale (quasiment aucun danger de déraillement), une vitesse supersonique (près de 500 km/h, soit 180 km/h de plus que le TGV), une pollution restreinte (pas de rejets de particules fines) et enfin, une maintenance allégée. Ce Spacetrain est un genre d’hybride mêlant train et avion, et offrant la possibilité de transporter passagers et cargaisons avec des pointes pouvant aller jusqu’à 720 km/h, ce qui correspond à 400 km/h de plus en comparaison au TGV. Et tout cela sans aucun conducteur à la manœuvre.

Un planning extrêmement ambitieux pour le projet Spacetrain

En France, environ quinze ingénieurs sont à l’origine du projet via la PME Jacques Vaucanson. Le but est de faire circuler le train dans le pays mais également à l’étranger d’ici cinq ans. La finalité est un développement à l’échelle industrielle. Le groupe d’experts est actuellement en train de terminer une maquette à l’échelle 1/2. À part cela, les premiers tests sur un rail expérimental en direction de la ville d’Orléans vont avoir lieu très prochainement.

Par rapport au brevet de l’Aérotrain, les ingénieurs du Spacetrain vont se servir du concept de lévitation avec des coussins d’air. Ce dernier a pour but le soulèvement de la navette à 2 mm au-dessus de l’infrastructure. Ainsi, cette technique permet de restreindre les frottements, offrant par conséquent un gain de vitesse conséquent. À titre de comparaison, la méthode est semblable à celle dont se servent les ingénieurs depuis plus de quinze ans pour Maglev au Japon. Il s’agit d’un train à sustentation magnétique. Or, il y a une nette différence par rapport à la technologie utilisée. En effet, le procédé utilisant des coussins d’air est nettement moins cher que celui présent pour le train Maglev (se servant pour sa part d’électroaimants).

Nettement plus rapide et moins coûteux comparé au TGV

Le Spacetrain, effectuant des tests en simulation numérique, reprendra le chemin tracé par l’Aérotrain. Ainsi, le train avancera à l’air libre grâce à des rails suspendus à une hauteur de dix mètres. Afin de progresser, il se basera sur un moteur à induction linéaire. Il s’agit d’un moteur électrique, fonctionnant grâce à des batteries ainsi qu’avec des piles à combustible.

Le train doit être plus rapide que le TGV et le Maglev mais aussi moins coûteux. Ainsi, si on se fit aux déclarations des fabricants, ce fameux Spacetrain coûtera environ dix millions d’euros par kilomètre tandis que le TGV en coûte 25. Pour ce qui est du Maglev, ce dernier reviendra à près de 145 millions d’euros. Autre avantage du Spacetrain : il ne nécessite que peu de maintenance. En plus, ce dernier n’émet aucune particule fine. Reste à savoir où ce train pourra être utilisé : certainement, il le sera sur des portions interurbaines de près de 200 km ainsi que dans des lieux peu desservis par les transports en commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.