La mission de Thomas Pesquet a maintenant un nom et un écusson

Uncategorized Une

Le nom ayant été retenu pour nommer la seconde mission spatiale du français Thomas Pesquet est : α. Alpha. Ce nom va désigner la seconde mission spatiale que le célèbre astronaute fera en 2021 via l’aide de SpaceX. Le choix de α. Alpha a été rendu officiel fin juillet par l’Agence spatiale européenne. Un appel à contribution avait été passé à la population ce printemps. Le but ? Trouver le meilleur nom possible. Désormais, c’est chose faite.

Alpha est une référence directe au système stellaire Alpha Centauri. Ce dernier est situé à 4,37 années-lumières du Soleil. Or, c’est un qui est le plus à proximité du système solaire. Cette dénomination a été proposée beaucoup de fois (47 fois exactement) pendant le concours. En tout, il y a eu plus de 27 000 contributions. Cependant, c’est une Française qui est la première a l’avoir proposé à l’ESA. Ainsi, elle a gagné un écusson original et unique qui aura la particularité d’avoir été en orbite lors de la mission de Thomas Pesquet.

Le nom de mission a enfin été choisi !

Il existe une tradition en France dont la particularité est de nommer les missions dans l’espace avec le nom d’une étoile ou bien d’une constellation. Avec la mission Alpha, cette tradition continue. Par exemple, il y a trois ans, pour le premier voyage dans l’espace de Thomas Pesquet, c’est le nom de Proxima qui avait tiré le gros lot. Il s’agit d’un système planétaire situé à proximité de notre planète (Proxima du Centaure). Quand on parle de proximité, c’est évidemment à l’échelle du cosmos.

Divers aspects ont pesé au niveau du choix de ce nom : le fait qu’il s’agisse de la première lettre de l’alphabet grec et qu’elle soit répandue dans les domaines des mathématiques, des sciences et de la technologie. La deuxième raison est que c’est également l’appellation d’origine de l’ISS, et dont on se sert dans son indicatif d’appel radio. Puis, ce nom est facile à prononcer dans une multitude de langues, et en plus de la même manière.

Et enfin, la dernière raison est que Alpha est une référence à la première mission faite par Thomas Pesquet. En effet, ces deux étoiles (Alpha et Proxima) font partie du même système proche de notre planète et ont par conséquent une idée identique de proximité.

Un écusson très symbolique

Concernant l’écusson de la mission, il reprend évidemment le nom Alpha et met en avant le tir d’une fusée. Il s’agit de l’instant le plus incroyable de n’importe quelle mission spatiale. Autour de cela, il y a 17 bandes de couleur incarnant les 17 objectifs définis par l’ONU par rapport à différents thèmes comme par exemple l’environnement, la pauvreté, l’éducation, l’eau ou encore les inégalités.

Les graphistes de l’Agence spatiale européenne ont aussi stylisé une Station spatiale internationale dotée des couleurs du drapeau français. Dessus, ils ont également intégré dix étoiles en arrière-plan. Ces dernières évoquent la constellation du Centaure et les dix spationautes français déjà partis dans l’espace. Parmi eux, nous pouvons citer le plus célèbre : Jean-Loup Chrétien, qui est le premier français a être parti dans l’espace. Il y a également Patrick Baudry, Jean-Pierre Haigneré, Jean-Jacques Favier ou encore Philippe Perrin.

Un concours pour l’écusson avait été lancé ce printemps

L’annonce du concours de l’ESA avait été passée le 29 avril. Ce dernier s’est déroulé en ligne. Les propositions devaient être transmises grâce à un formulaire où l’identité ainsi que l’adresse postale devaient être indiquées, sans oublier la proposition. L’ESA avait également prévenu que le nom devait être assez court afin d’être inscrit sur l’écusson officiel de la mission. À part cela, un écrit était aussi demandé. Ce dernier avait comme but de justifier la proposition.

Se déroulant avec l’aide du CNES, l’agence spatiale française, le concours a été ouvert jusqu’à mi-mai. Tout le monde pouvait y prendre part, même les mineurs (si ces derniers présentaient une autorisation des parents). Au final, une unique proposition a été acceptée. On ne sait pas s’il y a eu des essais de raids de forums web dans le but qu’un nom bizarre ou amusant soit retenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *