Quand la mer produit de l’électricité

Energie

Des fonds européens ont permis le développement et l’installation du projet FloTec (Floating Tidal Energy Commercialisation project). Ce dernier a pour but de mettre en avant -et de prouver- l’intérêt des systèmes marémoteurs flottants dans une production d’énergie peu chère, non intermittente et sans risque. La mise a l’eau de la turbine SR2000 a été une grande avancée, elle est la turbine marémotrice en fonction la plus puissante de la planète.

La phase de test fût satisfaisante. Dans les froides eaux des îles Orcades (au large de l’Ecosse), l’impressionnante turbine a produit autant d’électricité verte qu’une éolienne de grande taille et tournant à plein régime. Sa production a servi à alimenter 830 foyers britanniques et a aussi fournit temporairement de l’énergie à un quart des habitants des Iles Orcades. En 2016, la turbine SR2000 a produit plus d’énergie que l’ensemble des usines et installations produisant de l’énergie à partir de la mer en Ecosse entre 2003 et 2015.

 « La performance exceptionnelle de la SR2000 sert de nouvelle référence à l’industrie de l’énergie marémotrice », a expliqué Andrew Scott, PDG de Scotrenewables Tidal Power Ltd et coordinateur du projet, dans un communiqué de presse publié sur le site web de FloTEC. « En plus d’être un projet de R&D et notre première turbine à grande échelle, sa première année de test a démontré un niveau de performance avoisinant celui des technologies renouvelables éprouvées, largement répandues ».

Les fortes tempêtes de la fin de l’automne et du début de l’hiver de l’année dans l’Atlantique Nord ont eu pour avantage d’éprouver -et de prouver- la capacité de la turbine flottante à maintenir sa production dans des conditions météorologiques très dures. La SR2000 a survécu à des vagues de 7 mètres. Jusqu’à des vagues de 4 mètres, elle a maintenu sa production sans intermitence. Jusqu’à 2 mètres de hauts, sa production n’était pas altérée par rapport à une mer calme.

La machine est bourrée d’innovations. Ses rotors, ses pales et ses amortisseurs à charge d’amarrage permettent une récupération énergétique supérieure de 50% aux anciens modèles. Sa facilité d’utilisation est aussi un atout. « La capacité d’accéder facilement à la SR2000 pour les entretiens de routine a représenté un facteur important de notre capacité à générer de l’électricité à de tels niveaux au cours des 12 derniers mois, même en hiver. En outre, accéder à la SR2000 en recourant à des bateaux gonflables rigides et à d’autres types d’embarcations similaires à faible coût signifie que nos coûts d’exploitation et nos temps d’indisponibilité sont minimaux », a affirmé monsieur Scott.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *