Crypto-monnaies, bulles spéculatives ou prémices d’une transition monétaire et commerciale ?

Finance Numérique

L’an passé, les crypto-monnaies ont connu un essor vertigineux, attirant leur lot de spéculateurs en herbe, ce qui n’a pas été sans accentuer la volatilité de ce marché déjà instable. Toutefois, les récentes chutes, les annonces d’interdiction et de régulation de certains pays, ainsi que le blocage de certaines transactions bancaires ayant trait aux crypto-monnaies ont fait douter de nombreux investisseurs et spécialistes de la possible pérennité des devises dématérialisées.

Les crypto-monnaies, une technologie sans avenir ?

À l’instar de Nouriel Roubini, économiste mondialement connu, notamment pour avoir su prédire la crise de 2008, qui qualifie le Bitcoin de « plus grosse bulle de l’histoire », de nombreux spécialistes et profanes annoncent la mort des crypto-monnaies.

Plusieurs arguments sont avancés pour attaquer le sérieux et la fiabilité des monnaies numériques :

Leur volatilité est certainement l’aspect le plus critiqué des cryptomonnaies. En effet, comment faire confiance à une valeur d’échange qui peut connaître des variations de plus de 20 %, une seule journée ? Dans cette optique, il est difficile d’imaginer que les crypto-monnaies puissent constituer une alternative viable aux devises nationales.

L’absence de création de valeur qui pourrait soutenir une plus grande stabilité de la monnaie est aussi attaquée. Comme l’affirme Roubini, les crypto-monnaies ne seraient alors que des bulles financières prêtent à exploser dès que le marché se rendra compte du vide qu’elle contient (non sans connaître des pertes colossales).

Leur anonymat, augmenterait aussi grandement le risque de voir la monnaie échapper à tout contrôle, notamment fiscal, et servir au blanchiment d’argent.

Une technologie qui n’en est qu’à ses débuts

Toutefois, les crypto-monnaies, et surtout leur technologie sous-jacente, la Blockchain, qui permet l’émission de « Smart Contracts », comptent également un bon nombre de défenseurs de renom, comme Elon Musk ou Bill Gates.

Il y a quelques semaines, Christopher Giancarlo, président de la CFTC (organe de contrôle et de régulation des marchés financiers américains) a officiellement soutenu les crypto-monnaies face au Comité bancaire du Sénat américain.

En effet, selon ses défenseurs, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une technologie encore jeune, mais prometteuse, et que la volatilité est un « passage obligé » de toute monnaie naissante.

De plus, les crypto-monnaies sont nombreuses et diverses, et si certaines ne s’appuient sur aucune création de valeur concrète, d’autres s’évertuent à développer une technologie qui pourrait bien engendrer une véritable transition monétaire et commerciale.

Vers un avenir sans banques ?

Car, ce que défendent les fidèles adeptes des crypto-monnaies et surtout de la Blockchain, c’est une autre manière de penser l’argent et les échanges, libérés des “middle men”, comme les banques, les assureurs, les plateformes de paiement, etc. À terme, et dans l’idéal, ces technologies pourraient alors donner naissance à des transactions et contrats de pair-à-pair presque sans frais, plus justes, et plus personnalisés.

C’est peut-être dans cette recherche d’affranchissement du cadre traditionnel dans les domaines de l’émission et de la gestion de l’argent par les banques centrales et les banques qu’il faut voir les prémices d’une véritable transition monétaire, qu’elle se fasse avec ou sans les crypto-monnaies.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *