économie circulaire potentiel emploi

Quel est le potentiel d’emploi de l’économie circulaire ?

Economie Environnement Numérique Société Une

Dans le cadre du Green Deal, l’Europe entend créer 700 000 emplois dans l’économie circulaire d’ici 2030, dont 75% en lien avec la réparation. En France, les entreprises spécialisées dans le reconditionnement comme Hubside.Store ou Smaaart multiplient les recrutements malgré la crise.

D’après les données de France Stratégie, l’économie circulaire représenterait 800 000 emplois équivalent temps plein en France. Leur point commun  ? Contribuer à « dépasser le modèle économique linéaire consistant à extraire, fabriquer, consommer et jeter en appelant à une consommation sobre et responsable des ressources naturelles et des matières premières primaires », selon la définition de la notion d’économie circulaire dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte. Cette attrait pour une consommation plus durable et responsable gagne du terrain.

« Ralentissement de la société du jetable »

En témoignent les 300 000 emplois supplémentaires que la loi anti-gaspillage vise à créer dans l’économie circulaire, en particulier dans les secteurs du réemploi, de la réparation et du recyclage des ressources. Le recyclage des déchets devrait être en première ligne des créations d’emplois : « le développement d’activités de réparation des produits usagés, de réutilisation ou de recyclage des déchets, génère de l’ordre de 25 fois plus d’emplois que la mise en décharge de ces déchets » déclare le ministère de la Transition écologique. Des startups se développent en ce sens, comme Cycle Up ou Backacia qui favorisent le réemploi des matériaux de construction dans le domaine de l’immobilier, en achetant ou en vendant des surplus de matériaux issus de la déconstruction.

Hubside.Store recrute 600 salariés en CDI

Les métiers de la réparation représentent une large part des emplois de l’économie circulaire. Déjà en 2013, on en comptait 275 000. Pour Nathalie Tessier, cheffe du bureau des métiers de la transition écologique au ministère de la Transition écologique et solidaire, « Il y a un besoin grandissant de main d‘œuvre dans ce secteur. La tendance est au ralentissement de la société du jetable. ». Pour Olivia Grégoire, Secrétaire d’Etat chargée de l’Economie sociale, solidaire et responsable, « le marché de l’électronique reconditionné pourrait créer jusqu’à 20 000 emplois dans les prochaines années ». Smaaart, entreprise héraultaise qui reconditionne et recycle localement les anciens appareils électroniques, recrute. Tout comme Hubside.Store, concept de magasin dédié aux produits multimédias reconditionnés en vente de proximité, cherche à embaucher  600 salariés en CDI partout en France d’ici fin 2021. Parmi eux, des techniciens réparateurs.

« France de la réparation »

Porté par ces recrutements, le reconditionnement se structure peu à peu en tant que filière industrielle. Des startups se lancent sur le marché. Après quelques années d’existence, certaines sont devenues des géants : Back Market, créée en 2014, a réalisé en 2020 96 millions d’euros de volume d’affaire dans cinq pays, avec une croissance de 220%. Autre acteur majeur de la filière du réemploi, Recommerce est présente dans 24 pays et travaille en lien avec 7000 boutiques d’opérateurs pour récupérer les téléphones inutilisés. Près de 300 techniciens répartis dans cinq ateliers en France, Suisse et Europe de l’Est reconditionnent les téléphones qui sont ensuite proposés sur le site de Recommerce. Son fondateur, Benoît Varin, espère structurer la filière et « créer une vraie France de la réparation ». Le projet de loi Climat et Résilience, actuellement en discussion, apparaît comme une occasion pour le faire. Pour Olivia Grégoire, la filière du reconditionnement « est l’exemple même de ce que nous voulons faire en matière de croissance verte, une croissance fondée sur la diminution de l’empreinte carbone, tout en permettant une croissance économique et la création d’emplois de proximité ». La dynamique est lancée, avec l’apparition de nouveaux acteurs parmi lesquels Hubside.Store, déjà présent partout en France grâce à une trentaine de magasins répartis dans plusieurs grandes villes et en région. D’ici la fin de l’année, l’enseigne compte en ouvrir 70 supplémentaires , avec à la clé  « des postes à pourvoir sur toute la France » annonce son  PDG, Sadri Fegaier.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.