technologie detection port masque

Une technologie de détection pour le port du masque

Numérique Santé

Plusieurs caméras ont été installées dans la station Châtelet-Les-Halles à Paris. Leur but commun est de détecter si les usages portent un masque ou non. Le système devrait être actif cet été durant trois mois. Découvrons-en plus sur cette technologie de détection du port du masque.

Objectif de cette technologie de détection : quantifier le port du masque

Pendant cette période du déconfinement liée au Covid-19, avoir un masque est obligatoire dans les transports en commun pour tout individu ayant plus de onze ans. Toutefois, la RATP affirme ne pas se servir de ce système afin de donner des amendes. Le seul but de ce système est simple : quantifier le port du masque à Châtelet-Les-Halles où plus de 750 000 voyageurs se côtoient tous les jours. C’est grâce à un tableau de bord que la RATP va être informé quotidiennement du pourcentage de port de masque dans la station. L’objectif est évidemment de garantir la sécurité aux usagers et non de les espionner.

Pour élaborer ce système, la RATP a eu recours au savoir-faire de la PME Datakalab dont la spécialité est la vision par PC. Sur sa plateforme web, le groupe dit que le système se base sur un algorithme. Ce dernier offre la possibilité de voir si les individus ont un masque ou non. Pour cela, des petites caméras et des mini-PC sont utilisés afin d’analyser les images. Via un mécanisme d’alertes, un message ou un mail est transmis à la RATP afin d’offrir des renseignements en continu sur le port du masque. Vu que six caméras HD étaient déjà posées dans la station, la start-up française Datakalab a seulement procédé à l’installation de ses boîtiers.

Un système semblable à Cannes

Le système de caméras de cette PME est déjà présent sur trois marchés extérieurs à Cannes et bientôt dans les bus, comme nous le dit le journal La Dêpeche. Le maire de la ville a justifié l’utilisation de caméras en affirmant souhaiter reprendre les activités de façon progressive et totalement sécurisée, le but premier étant de passer sereinement l’épreuve du déconfinement.

Interrogé par rapport à la conformité de son système avec le RGPD, Datakalab a assuré que les images étaient analysées en local en uniquement 100 ms et qu’il n’y avait aucun stockage d’images. Pour rappel, le RGPD est le Règlement général sur la protection des données. Afin de vous rassurer encore plus, sachez qu’une étude d’impact a été effectuée. Cette dernière a prouvée la conformité du système avec la législation actuelle.

Une technologie bientôt dans les stades et les aéroports ?

Cette expérience de technologie de détection de port du masque sera effectuée sur une durée de trois mois. Dans les semaines à venir, le nombre de caméras va doubler. Les usagers de la RATP sont informés de l’utilisation de ce système par des autocollants. Le but n’est pas de surveiller et de pénaliser les individus n’ayant pas de masques, mais d’obtenir des informations pour en faire des statistiques. C’est un simple algorithme qui a pour mission d’effectuer un tri entre les visages dotés de masques et ceux n’en ayant pas. Comme dit un peu plus haut, il n’y a aucune conservation et utilisation des vidéos en vue d’une reconnaissance d’identité. Les normes RGPD sont parfaitement respectées, ce qui prouve qu’on peut se servir de moyens conséquents afin d’assurer la sécurité des usagers tout en protégeant leurs informations personnelles.

Cette technologie de détection du port du masque peut être et va être utilisée partout : espace public, établissements de santé, transports, magasins ou encore enceintes sportives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *