Rapport Ademe Énergies renouvelables

Ademe : Les énergies renouvelables enfin compétitives ?

Energie Environnement

Le 29 janvier 2020, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), a publié un rapport sur l’avancée des énergies renouvelables en France. Intitulé “Coûts des énergies renouvelables et de récupération en France“, cette étude se penche sur le LCOE (Levelized Cost Of Energy) et l’évolution du coût énergétique des énergies renouvelables. Un rapport annonciateur de bonnes nouvelles puisque le coût de production des énergies vertes se rapproche de plus en plus des coûts d’une centrale à gaz.

La France a un engagement à tenir au niveau européen

Afin de limiter son impact environnemental, l’Union Européenne s’est fixé comme objectif 20% de son énergie avec des énergies renouvelables en 2020. Alors que 12 États ont déjà atteint, sinon amplement dépassé leurs engagements, la France est à la peine et risque de ne pas atteindre l’objectif qu’elle s’était fixée. En effet, la France accuse un retard de 6,4 points de pourcentage par rapport à son objectif national, établit à 23% d’énergies vertes d’ici 2020.

S’il y a peu de chances pour que l’objectif soit atteint avant la fin de l’année, le rapport de l’Ademe constitue une bonne nouvelle en faveur de la transition écologique engagée par la France. En effet, selon l’organisme en charge du rapport “les coûts de production pour l’éolien terrestre sont compris entre 50 et 71 €/MWh et 45 et 81 €/MWh pour les centrales au sol photovoltaïques“. Des coûts qui pourraient intéresser de plus en plus les investisseurs et les grandes entreprises, puisque le dossier précise également que “les coûts de production d’une nouvelle centrale à gaz à cycle combiné sont compris entre 50 et 66 €/MWh“.

À ce sujet, en France, Orange a d’ailleurs annoncé vouloir investir très fortement dans les énergies renouvelables. Le patron de l’opérateur français, Stéphane Richard, annonce l’objectif d’être “en avance de 10 ans” sur l’accord de Paris et l’industrie des télécoms. Un engagement salué mais nécessaire, Orange étant à l’origine de l’émission de 1,5 million de tonnes de CO2 par an.

L’Ademe : Une vision positive à long terme

Dans son rapport, l’Ademe prévoit également qu’à l’horizon 2050, les coûts de production de l’énergie verte devraient continuer à descendre, au point de devenir beaucoup moins cher que l’électricité en provenance d’une centrale à gaz à cycle combiné. L’évolution des technologies et les économies d’échelle devraient permettre, en moyenne, d’avoir un coût de production de l’énergie renouvelable “compris entre 24 et 54€/MWh“. Ce chiffre exclut l’éolien en mer flottant, le coût de ce type d’installation restant plus élevé selon les estimations, entre 58-71 €/MWh.

Avec ces perspectives d’évolution positives, les énergies vertes deviennent de plus en plus avantageuses d’un point de vue comptable. Cependant, l’Ademe souhaite que les mesures d’aide en faveur de l’installation d’un dispositif produisant de l’énergie renouvelable restent actives. Pour l’agence, “leur rôle assurantiel reste important pour permettre l’accès à des financements à bas coût“.

En conclusion, l’étude de l’Ademe constate que “le coût des énergies renouvelables poursuit sa baisse rapide” et que pour certaines installations, les coûts de production de l’électricité verte “sont inférieurs à ceux des technologies conventionnelles“.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *