vrac

Le mouvement du vrac se développe : l’exemple de Waitrose en Angleterre

Alimentation Economie Santé

Le vrac est en pleine expansion en France et dans le reste du monde. L’objectif de cette pratique montante est de supprimer les emballages des produits, afin de limiter la production de déchets. L’enseigne de supermarché Waitrose, présente en Angleterre, est l’exemple type de cette transition qui gagne du terrain chaque jour. Quant aux consommateurs, ils sont de plus en plus responsables, et cherchent à limiter leur impacts environnementaux.

Waitrose se met au vrac

Waitrose, chaîne de distribution anglaise, souhaite développer en profondeur le vrac en Angleterre. Pour ce faire, la chaîne a ouvert un magasin expérimental spécialisé dans le vrac. Les clients ont ainsi la possibilité d’acheter des centaines de produits sans emballages. Au total, plus de 160 fruits et légumes sont proposés aux consommateurs. Pour favoriser la réduction des déchets, Waitrose met également à disposition des récipients réutilisables.

Une initiative responsable qui marque un changement profond dans les manières de consommer en grande surface. Le responsable RSE du groupe Waitrose & Partners, Tor Harris, a expliqué que “ce test a un énorme potentiel pour déterminer la manière dont les clients achèteront avec nous à l’avenir, il sera donc fascinant de voir quels concepts nos clients ont envie d’utiliser”.

Pour l’enseigne, c’est aussi un moyen de se démarquer de ses concurrents. D’un point de vue économique, la RSE est aujourd’hui un levier indispensable pour les entreprises. Le responsable RSE précise “nous savons que nous ne sommes pas parfaits et que nous avons plus à faire mais nous pensons qu’il s’agit d’un moyen novateur de réaliser quelque chose de différent”. 

En France le vrac se développe fortement

En France, le nombre d’épiceries spécialisées augmente de manière exponentielle. En quelques années, le pays est passé de 15 épiceries à 200. Un succès derrière lequel se cache de nouvelles habitudes de consommation. D’ailleurs, plus que des habitudes de consommation, pour certains, c’est un changement de mode de vie. Nolween Delage, dans une interview donnée à l’AFP, confie : “je suis devenue végétalienne l’année dernière et je me suis rendue compte que c’était dans la logique des choses de faire du zéro déchet”.

Célia Rennesson, directrice générale de Réseau Vrac, l’organisation qui fédère 600 acteurs de la filière, explique sa vision sur le succès du vrac en France. Pour elle, “le commerce de bouche, de proximité, est clairement inscrit dans l’ADN français ; on a pris depuis très longtemps des habitudes de vrac dans les magasins bio comme Biocoop ; et enfin le mouvement ‘zéro déchet’ est très ancré en France”. Le mouvement Zero déchet est un mouvement qui consiste à remodeler ses habitudes de consommation pour ne produire qu’un seul bocal de déchet par an, maximum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *