Emmanuel Macron et Ursula Von Leyen.

L’Europe respire un grand coup après la réélection de Macron

Géopolitique Une

 

La réélection d’Emmanuel Macron dimanche soir a grandement soulagé l’Europe, qui craignait un Frexit avec une victoire de la candidate nationaliste Marine Le Pen. Pratiquement tous les dirigeants ont félicité le candidat LREM pour l’obtention de son second mandat. Ils ont également indiqué avoir besoin d’une France totalement engagée pour une Union européenne plus forte et plus souveraine.

Emmanuel Macron a été réélu président de la République de France, le dimanche 24 avril, avec 58,8 % des suffrages, contre 41,2% pour Marine Le Pen. Le taux d’abstention s’est élevé à 28,2 %, en augmentation de 2,7 points par rapport au second tour de 2017 (25,44 %). Peu après la proclamation des résultats, le chef de l’Etat français a pris la parole devant ses partisans sur le Champ-de-Mars (Paris) pour donner le ton des cinq prochaines années. Il a promis une « ère nouvelle » qui « ne sera pas la continuité du quinquennat qui s’achève mais l’invention collective d’une méthode refondée ».

L’Europe à l’unisson pour Macron

Les dirigeants européens ont unanimement salué la victoire d’Emmanuel Macron. En premier lieu, la présidente de la Commission européenne. Ursula von der Leyen a dit se réjouir « de pouvoir continuer» son « excellente coopération» et de faire avancer ensemble « la France et l’Europe ». Le président du Conseil européen Charles Michel lui a déclaré qu’« en cette période tourmentée, nous avons besoin d’une Europe solide et d’une France totalement engagée pour une Union européenne plus souveraine et plus stratégique ». Le chancelier allemand Olaf Scholz ne dit pas autre chose, lui qui estime que les « électeurs (français) ont envoyé aujourd’hui un signal fort en faveur de l’Europe ».

En Italie, le chef du gouvernement Mario Draghi qualifie aussi l’élection d’une « magnifique nouvelle pour toute l’Europe ». Tout comme le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez. Celui-ci a estimé que « les citoyens ont fait le choix d’une France engagée pour une UE libre, forte et juste ». Son homologue britannique Boris Johnson s’est dit « heureux de continuer à travailler ensemble sur les sujets clés pour nos deux pays et pour le monde ». Enfin, les présidents russe Vladimir Poutine et chinois Xi Jin Ping ont félicité Macron et ont dit espérer des relations meilleures.

Le choix de la continuité contre celui de la rupture

Si les dirigeants européens accueillent chaudement la réélection d’Emmanuel Macron c’est parce que ce dernier devrait permettre la continuité de la politique des 27. Ce grand européaniste porte pratiquement seul les chantiers de l’Union en raison d’un manque de fermeté et de constance chez le chancelier allemand Olaf Scholz. Ses alliés comptent sur lui notamment pour former un consensus autour de questions essentielles comme la réponse à apporter à la Russie après l’invasion de l’Ukraine ou la  souveraineté militaire et énergétique du continent.

Sa politique et ses convictions contrastent fortement avec celles de Marine Le Pen, dont la victoire était très redoutée par les dirigeants européens voire mondiaux. On craignait qu’elle ne provoque un Frexit (une sortie de l’UE de la France) en s’inspirant du Brexit britannique de 2016. Le programme de la candidate du RN serait également incompatible avec le traité de l’Union et ses valeurs. On pointe du doigt ses opinions sur l’immigration et sur la laïcité. En outre, elle apprécierait fortement Vladimir Poutine, le nouvel ennemi commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.