carte bancaire

La carte bancaire biométrique en phase d’expérimentation

Economie Finance

Le Crédit Agricole a entamé une phase d’expérimentation sur les cartes bancaires biométriques. Actuellement testée auprès de 200 personnes, cette expérience doit permettre à la banque de commercialiser le produit dès 2020. Ce nouveau moyen de paiement fait suite à un plan axé sur l’innovation, au regard des nouvelles méthodes de paiement, lancé par le groupe Crédit Agricole.

Le Crédit Agricole est la deuxième banque française à investir dans un projet de carte bancaire biométrique. Elle a annoncé dans un communiqué avoir lancé une première phase d’expérimentation auprès d’un groupe de 200 clients de la caisse régionale Crédit Agricole Touraine et Poitou.

Ce nouveau moyen de paiement s’appuie sur une technologie innovante : un capteur d’empreinte digitale placé sur la carte bancaire elle-même, qui vient identifier son propriétaire lors d’un achat. Il permet de faciliter les transactions car l’acheteur n’aura plus besoin d’entrer son code de sécurité. La Banque a toutefois annoncé que le code pin sera tout de même toujours utilisable.

L’objectif est de renforcer la sécurité des transactions pour les clients du Crédit Agricole. En dressant un profil biométrique, le risque de piratage est amoindri. Des solutions de paiement similaires ont déjà été mises en place par Apple avec Apple Pay, ou encore Google avec Google Pay et Samsung avec Samsung Pay. Ces dernières utilisent le smartphone comme solutions de paiement ultra sécurisées, qui s’appuient sur l’empreinte digitale ou la reconnaissance faciale pour débloquer une transaction.

Autre aspect intéressant pour les clients : contrairement aux paiements “sans contact”, les cartes bancaires biométriques ne limitent pas le montant des transactions pour pouvoir être utilisées. Betrand Chevallier, directeur générale de Crédit Agricole Payment Services affirme que “La carte biométrique vise à répondre parfaitement aux besoins de nos clients en conjuguant parfaitement facilité d’usage et sécurité”.

Cette initiative technologique s’inscrit dans le “plan stratégique 2022”, qui met l’accent sur l’innovation des moyens de paiement. Crédit Agricole a par ailleurs expliqué vouloir investir 450 millions d’euros dans les quatre prochaines années à travers plusieurs acquisitions fintech.

Xavier Musca, directeur général délégué du groupe Crédit Agricole explique que “le paiement est un métier difficile, qui connaît des évolutions réglementaires majeures et où se produisent les innovations de rupture les plus fortes. Nous nous trouvons dans une situation très favorable car c’est un métier de masse, de volumes. Nous n’avons pas besoin d’acquisitions transformantes, nous ferons sans doute des acquisitions de Fintech pour nous renforcer”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *