Une plateforme collaborative autour de la mobilité va être mise en place

Mobilité

La ministre des Transports Elisabeth Borne a annoncé aujourd’hui la mise en place d’une plateforme collaborative qui devrait permettre de recenser un maximum de nouveaux projets mobilité en cours de développement dans les zones aujourd’hui peu desservies. La plateforme pourrait permettre également de mettre en contact et de faciliter les rencontres des différentes parties engagées autour du projet.

Madame la ministre a inscrit cette démarche dans la suite d’un appel ayant pour but de « mettre en œuvre de nouvelles solutions de mobilités du quotidien dans les territoires ruraux ». Elle a fortement insisté sur l’aspect novateur du projet durant les Rencontres de la mobilité intelligente qui se tenaient à Montrouge dans les Hauts-de-Seine. L’exécutif va soutenir 27 projets mobilité en plus de 35 autres sélectionnés en septembre. « Cet appel à projets montre à quel point il y a des initiatives formidables dans les territoires. L’enjeu maintenant, c’est de faire partager, de faire savoir, et pour chaque territoire de capitaliser son expérience avec ce qui s’est fait ailleurs », a soutenu la ministre auprès de l’AFP.

Visiblement enjouée par le projet, madame Borne a expliqué que le sens de la plateforme est « d’accélérer le déploiement » d’alternatives mobilités dans les « territoires dans lesquels on n’attend pas de grandes promesses ni de grandes infrastructures pour demain, mais dans lesquels on sait quels sont les besoins, dans lesquels on innove et on invente les solutions qui améliorent vraiment le quotidien ». La première version, la béta, sera mise en ligne aux alentours du 15 mars, peu avant le passage au Sénat de la Loi d’orientation des mobilités.

Elisabeth Borne a également présenté la future création de cellules régionales d’appui à l’ingénierie de mobilité pour les territoires présentant une faible densité de population. Les premiers concernés seront l’Occitanie, l’Auvergne-Rhône-Alpes ainsi que les Pays-de-la-Loire. Ce facilitateur a pour but de « faciliter le parcours des porteurs de projets dans les administrations (et) les orienter vers les bons interlocuteurs » et aurait reçu une centaine de demandes d’orientation depuis son déploiement fin septembre, a-t-elle affirmé.

Autre nouvelle de ce début d’année du côté de la mobilité, la ministre ne renonce pas à la mise en place d’une vignette poids lourds même si la conjoncture n’est pas propice à ce genre d’annonce. « Quand certaines entreprises du transport routier ont été affaiblies par la crise de décembre et que certaines ont perdu jusqu’à 70% de leur chiffre d’affaires, ce n’est pas le moment », affirme Élisabeth Borne. « Il faudra trouver un moyen de faire participer les poids lourds à l’entretien des infra-
structures routières qu’ils empruntent largement », a cependant déclaré la ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *