RGPD : la protection des données entre dans une nouvelle ère

Numérique Société

C’est enfin terminé. Les nombreux emails informant de changements dans la protection des données personnelles ont normalement été tous envoyés. La nouvelle réglementation est entrée en vigueur vendredi et devrait sensiblement renforcer la position des citoyens face aux géants du commerce et du numérique.

Un flou qui profitait aux géants du Web

Face aux multinationales qui sont entrées dans les vies des citoyens, il est difficile de protéger son intimité. Les utilisateurs sont démunis et ne savent pas très bien quelles informations sont sues, gardées et parfois partagées par les plateformes. Le Règlement Général pour la Protection des Données Personnelles (RGPD) vise une meilleure protection de tous les citoyens européens. Une avancée qui a pris du temps.

Un long chemin vers plus de protection

Tout nouveau règlement – européen de surcroît – mais du temps avant d’émerger et de finalement entrer en vigueur. La RGPD ne fait pas exception puisqu’elle a été votée en 2016 en réponse à une prise de conscience. La digitalisation croissante des informations et des vies a donné un pouvoir énorme aux entreprises disposant de ces données. C’est pourquoi le texte finalement entré en vigueur ce vendredi revêt un caractère historique dans la mesure où il limite explicitement ce qui est possible.

Des données plus protégées…

Désormais, les entreprises privées, mais aussi les collectivités locales devront obtenir un consentement clair des utilisateurs européens basé sur une compréhension réelle des conditions d’utilisation. Ces documents d’une longueur anesthésiante et au jargon souvent besogneux ne sont en fait jamais lus. Ainsi, les utilisateurs sont exposés au bon vouloir des entreprises qui tirent parfois de forts bénéfices grâce à la revente de données personnelles. Désormais, les Européens pourront avoir aisément connaissance de ce que les entreprises savent sur eux grâce à des demandes facilitées de copies de données personnelles.

… mais des citoyens toujours aussi peu informés

Ces avancées sont très positives et permettent aux utilisateurs d’avoir un réel contrôle sur ce qui est su. De plus, il est possible de s’opposer à une utilisation commerciale des données. Il est même possible de procéder à l’effacement de données en cas de préjudice potentiel. Ainsi, les bornes sont posées de manière claire et les Européens ne sont plus livrés au bon vouloir d’entreprises toutes-puissantes. Cependant, il faudra du temps et beaucoup de pédagogie de la part des pouvoirs publics pour que cette réglementation soit comprise et utilisée à bon escient par les particuliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *